07 octobre 2017

Entre deux mondes, d'Olivier Norek

entre 2 mondes

C'est avec un noeud à l'estomac que je repose ma liseuse après la lecture du dernier roman d'Olivier Norek. Percutant est le premier mot qui me vient en tête pour le décrire. Le lecteur prend une immense claque dans la figure.

La jungle de Calais, tout le monde a une vague idée de ce dont il s'agit. La lecture d'Entre deux mondes vous y plonge "comme si vous y étiez"  et vous confronte à une réalité qu'il est difficile d'appréhender. Pas de leçon de morale, pas de choix facile, Olivier Norek décrit de manière remarquable la difficulté de la vie des migrants, mais également celle des habitants de Calais, celle de la police, celle de la BAC... L'impuissance du monde face à cette misère, le désespoir et les petits compromis que l'on fait pour l'oublier ou l'accepter.

Adam, policier syrien à la recherche de sa femme et de sa fille et Bastien, policier français arrivé depuis peu à Calais avec sa femme et sa fille... Deux personnages qui se reflètent l'un l'autre, qui reflètent l'injustice du monde, deux personnages auxquels on s'attache pour leur humanité, leurs valeurs, leur courage, qui nous font réfléchir et nous poser des questions sur notre société.

Et autour d'eux, il y a les autres, ceux qui ont baissé les bras, ceux qui ont vécu l'horreur, ceux qui sont englués dans leur quotidien pourtant si confortable... Tous ces personnages qui vont voir leur vie bouleversée.

Un roman humain, poignant, percutant dont on ne ressort pas indemne.

A lire absolument.

Posté par nemo_ à 23:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


23 août 2017

Le jour du chien, de Patrick Bauwen

le jour du chien

J'avais vraiment aimé Les fantômes d'Eden, du même auteur, son ambiance glauque dans les marais de Floride et ses descriptions "à la Stephen King" d'une petite ville américaine.

Mais Le jour du chien n'a rien à voir : il se déroule à Paris et est centré sur un personnage, le Dr Kovak et sur un mystère : la mort de sa femme trois ans plus tôt. On est rapidement emporté par l'action, par l'enquête que mène Christian Kovak, par l'enfer qui apparaît peu à peu autour de l'assassin...

Passionnant, rythmé mais sans trop de suspense, on découvre l'histoire au fur et à mesure sans véritables rebondissements... jusqu'aux deux derniers chapitres où tout se dévoile et où l'on se rend compte qu'on n'a pas tout compris. Voire rien compris lorsque l'on termine les dernières lignes...

Un très bon polar avec une fin incroyable !

Pour adultes.

"Les ténèbres sont mon domaine. Le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir. Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier Saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi. Djeen, je croyais l'avoir tuée. C'était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro. Et voilà qu'elle me menace... Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse. Et ce jour-là signera l'apogée du mal."

 

02 juillet 2017

Le chapiteau des ombres, Le club des métamorphes, t2, de Camille Brissot

club-metamorphes-t1

Alors, c'est un tome 2 et je n'ai pas lu le tome 1, mais ça ne pose aucun problème. J'ai lu ce petit roman dans le cadre d'un comité lecture, et je l'ai trouvé très sympa.

Trois jeunes ados, deux mois de vacances d'été dans une petite ville, du mystère, de la liberté car les héros partent s'installer en cachette dans un manoir à la sortie du village... on retrouve une ambiance "club des cinq" même s'ils ne sont que 3!

L'écriture est fluide et efficace, les personnages sont sympathiques et un zeste de fantastique rend l'histoire encore plus passionnante.

Un roman sympathique dans le genre policier pour les enfants à partir de 8-9 ans, une histoire bien construite en seulement 160 pages.

"L'inquiétude règne à Beauvallon : un à un, des enfants disparaissent. Armand, Pepper et Miranda s'installent au manoir Mesmer pour commencer leur enquête, tandis qu'un cirque inquiétant s'installe en ville..."

11 mai 2017

Département V, t1 : Miséricorde, de Jussi Adler-Olsen (livre et livre audio)

misericorde

Pour la première fois, j'ai découvert un roman en livre audio. Jusque là, j'écoutais des livres que j'avais déjà lus, mais cette fois, je me suis lancée totalement avec le tome 1 de ce polar danois dont on m'a dit beaucoup de bien.

Commençons par le côté "audio" : l'histoire est très bien racontée, la voix correspond finalement assez vite avec l'idée qu'on peut se faire de celle de Carl Mörk, on imagine très bien les scènes et les personnages et on est porté par le rythme de lecture. Moi qui lis très vite, en audio, j'attache davantage d'importance aux détails que je survole parfois en lisant, j'entre d'une autre manière dans l'histoire. En revanche, un livre qui m'aurait probablement pris 4 à 5 heures m'en a pris 14h! Mais comme il s'agit de temps qui n'aurait de toutes façons pas été consacrés à la lecture (je vous déconseille de lire en tenant le volant ;-) ), c'est finalement que du positif.

Maintenant, passons à l'histoire. Après un temps d'adaptation lié aux noms de personnes et de lieux, nombreux au départ, j'ai apprécié les personnages de Carl et d'Hassan et j'ai été prise par l'histoire de la disparition de Merete. Le suspense est accentué par l'alternance entre deux périodes : celle de la disparition en 2002 et celle de la reprise de l'enquête en 2007.

Cependant, j'ai été assez déçue par la "raison" que j'ai deviné très rapidement. Mais j'ai malgré tout appprécié d'écouter l'histoire jusqu'à la fin.

Un bon polar à découvrir, en version papier ou audio.

"Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s'acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l'avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d'encres. Mais, faute d'indices, la police avait classé l'affaire. Jusqu'à l'intervention des improbables Carl Morck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d'origine syrienne. Pour eux, pas de cold case ..."

17 juillet 2016

Le syndrome E, de Franck Thilliez

syndrome EJe n'avais jamais lu de Thilliez mais on m'en a dit beaucoup de bien, j'ai donc commencé le Syndrome E.

Les romans de Thilliez avant le Syndrome E ont comme héros soit Hennebelle, soit Sharko. Dans Syndrome E, les deux travaillent ensemble. J'ai donc commencé par celui-là, plutôt que de lire tous ceux déjà sortis.

Syndrome E est un très bon thriller. Les personnages sont travaillés, atypiques, et le scénario bien trouvé. Le début met en place l'histoire mais le rythme s'accélère très vite.

J'ai apprécié ma lecture, même si j'ai eu l'impression que tout s'enchainait peut-etre un peu trop facilement pour les deux policiers, je n'ai pas ressenti cette tension que l'on trouve dans la trilogie d'Olivier Norek. Jusqu'aux dernières lignes qui font que l'on est OBLIGE d'enchainer avec Gataca. Même si l'enquête se termine à la fin de Syndrome E et que, "techniquement", on peut s'arrêter là.

Et Gataca est beaucoup plus fort en tension mais ce sera l'occasion d'une autre chronique.

J'avais un peu peur que ce soit aussi trop glauque ou trop violent, mais finalement, pas plus que la plupart des polars actuels. Certaines parties sont dures mais pas sanglantes car tout n'est pas détaillé (heureusement). A ce niveau-là, j'ai trouvé Syndome E moins dur que le tome 1 de Millenium, par exemple, ou même que Congo requiem.

Pour résumer, Syndrome E est un très bon thriller, bien écrit, avec des personnages intéressants et un scénario passionnant mais où il m'a manqué un petit quelque chose pour atteindre l'excellence. Petit quelque chose que je pense trouver dans la suite. Donc si vous n'avez jamais lu Thilliez et que vous cherchez un bon polar, lancez-vous!

"Un film mystérieux et malsain qui rend aveugle... Voilà de quoi gâcher les vacances de Lucie Henebelle, lieutenant de police à Lille.
Cinq cadavres retrouvés atrocement mutilés... Il n'en fallait pas plus à la Criminelle pour rappeler le commissaire Franck Sharko, en congé forcé.
Deux pistes pour une seule et même affaire qui va réunir Henebelle et Sharko."

20 juin 2016

Mon premier salon du livre : Saint-Maur-en-poche

Hier, j'ai fait mon premier salon du livre avec ma fille, Saint-Maur-en-Poche. Un grand moment!!! Des livres partout, une super ambiance, des auteurs sympas, disponibles, toujours prêts à discuter, même Gérard Collard, pourtant très occupé, prenait le temps d'échanger avec les visiteurs.

Pour ceux qui n'ont jamais fait un salon du livre (moi jusqu'il y a deux jours), voici comment se passe celui de Saint-Maur. Il se tient place des marronniers, les auteurs sont installés sous de grands barnums.

IMG_2976

Lorsqu'on entre, vérification des sacs et une gommette est collée sur les livres que l'on a dans le sac pour les différencier de ceux que l'on achète sur place.

Ensuite, c'est le bonheur: bonheur d'aller rencontrer les auteurs pour discuter ou pour leur faire dédicacer les livres achetés sur place ou ceux que l'on a amené, de flaner dans les allées pour découvrir les livres "coups de coeur" pour lesquels on retrouver la griffe de Gérard Collard (22/11/1693 de Stephen King, Pilgrim et tant d'autres que j'ai découvert grâce à ses chroniques!). IMG_2973

Et lorsque vous avez fini de craquer sur tous les livres présentés, il ne vous reste plus qu'à passer en caisse :-)

Vous pouvez également profiter de la plage (si, si), aller manger dans le bus ou profiter du salon de thé.

IMG_2970

Nous voici donc dans le salon. Première étape : trouver Olivier Norek. J'avais amené "mon précieuxxxxx", comme dirait ma fille : l'exemplaire de Surtensions qu'il m'avait envoyé avant la sortie officielle. J'ai eu droit à une belle dédicace. Il est encore plus sympa en vrai, très souriant, j'étais toute émue!

Ensuite, je suis allée voir Olivier Gay, en poussant ma fille qui est aussi fan que moi et qui n'osait pas. Bilan, deux livres achetés et dédicacés, Le défi, tome 1 de sa série Le noir est ma couleur, et Les talons haut rapprochent les filles du ciel pour moi. On les avait déjà en ebook, mais difficile de les faire dédicacer... Quelques minutes de discussion à propos d'un pull, de laque et de boucher, et nous voilà encore plus fans qu'avant! D'autant plus que nous avons eu la chance d'assister ensuite à sa lecture publique des deux premiers chapitres du Défi, le tome 1 du Noir et ma couleur!

IMG_2982

IMG_2981

Direction la partie "jeunesse" pour rencontrer Gwenaelle Barussaud, l'auteur de Pauline, demoiselle des Grands Magasins, Juliette, la mode au bout des doigts et beaucoup d'autres romans historiques jeunesse. Là aussi, un auteur très agréable, qui prend le temps d'échanger, un vrai bonheur! Ma fille est repartie des étoiles plein les yeux, avec le tome 1 des Aventurières du nouveau monde, que nous n'avons pas encore lu, et l'idée de retourner voir Gwenaelle lors d'un prochain salon du livre à Versailles à l'automne.

Quelques emplacements plus loin se trouvait Stéphane Michaka, l'auteur de Cité 19. Après trois passages devant le stand, j'ai fini par dire à ma fille que oui, elle pouvait aller lui parler sans pour autant acheter son livre (que l'on a déjà en ebook). Finalement, après quelques minutes de discussion avec encore un auteur très sympa, j'ai cédé devant le regard implorant de ma fille (genre petshop larmoyant...), j'ai acheté le tome 1 de Cité 19 (magnifique couverture, il faut le dire!) et nous avons eu droit à une dédicace pour nous deux. Cité 19 a d'ailleurs remporté le prix jeunesse de Saint-Maur-en-poche!

Au moment de partir, nous sommes passées devant l'espace interview... et nous sommes restées pour écouter la fin de l'interview d'Olivier Norek. Intéressant et très drôle!

Je m'étais demandée, avant de venir, ce que pouvait finalement apporter le fait d'aller à un salon de livre et si ça en vallait la peine (3h30 de trajet aller-retour, quand même). Je suis revenue avec un sourire jusqu'aux oreilles, donc oui.

Rencontrer les auteurs "en vrai", ça a quand même un côté très sympa, on réalise qu'il y a des personnes derrière les livres (ce que Facebook aide déjà à faire, d'ailleurs). Et puis, lorsque l'on tient un blog et que l'auteur vous dit qu'il voit bien de quel blog il s'agit, ça fait aussi extrêmement plaisir (peut-etre même que j'ai dû devenir toute rouge ;-) )

Une belle expérience, que nous renouvellerons pour le salon du livre jeunesse de Montreuil!

IMG_2998

 

02 avril 2016

La fille de Brooklyn, de Guillaume Musso

fille-de-brooklyn

Je l'ai terminé hier soir et si j'ai apprécié ma lecture, je ne suis pas aussi enthousiaste qu'espéré au vu des critiques lues ou entendues.

L'écriture est fluide, on passe un bon moment et le livre est difficile à poser, mais j'avais senti venir l'intrigue assez rapidement. En revanche, le rebondissement de fin de roman était totalement inattendu, c'était bien trouvé!

J'ai eu un peu de mal à m'attacher aux personnages, peut-être parce que les chapitres sont écrits en alternance du point de vue de l'un ou l'autre personnage.

L'ensemble est quand même très plaisant, un bon polar même si une fois terminé, certains aspects restent pour moi inexpliqués ou un peu tirés par les cheveux...

Sympa, un bon moment de lecture avec un polar pas trop noir qui tient en haleine jusqu'au bout.

"Je me souviens très bien de cet instant. Nous étions face à la mer.
L'horizon scintillait. C'est là qu'Anna m'a demandé :

" Si j'avais commis le pire,
m'aimerais-tu malgré tout ? "


Vous auriez répondu quoi, vous ?
Anna était la femme de ma vie. Nous devions nous marier dans trois semaines. Bien sûr que je l'aimerais quoi qu'elle ait pu faire.
Du moins, c'est ce que je croyais, mais elle a fouillé dans son sac d'une main fébrile, et m'a tendu une photo.
– C'est moi qui ai fait ça.
Abasourdi, j'ai contemplé son secret et j'ai su que nos vies venaient de basculer pour toujours.
Sous le choc, je me suis levé et je suis parti sans un mot.
Lorsque je suis revenu, il était trop tard : Anna avait disparu.
Et depuis, je la cherche."