Livres et autres merveilles!

19 janvier 2018

Après nous, tome 1, de Myra Eljundir

Apres nous-t1C'est d'abord la magnifique couverture de Après nous qui m'a attirée, oeuvre de la talentueuse Magali Villeneuve.

Je me suis lancée dans la lecture sans connaître l'histoire, et j'ai été emportée immédiatement par les premières phrases ! Le rythme n'a pas faibli ensuite, l'écriture est très addictive et le récit rythmé.

Les personnages sont extrêmement complexes et ambigus : héros? anti-héros? tout est en demi-teinte, tout est trompeur.
Si au départ, chacun semble "classique", adolescent typique mal dans sa peau, plus on avance dans la lecture, plus l'on découvre les spécificités de chacun et à quel point la vie a pu les blesser. Mais la fin apporte son lot de révélations, certaines amorcées, d'autres totalement inattendues !

Un roman Young Adult passionnant, original et bien écrit, angoissant également car impossible de prévoir ce qu'il va se passer à la page suivante. Sans parler de la fin...

A partir de 14-15 ans et pour adultes.

"Les visages les plus angéliques sont les masques des démons les plus cruels.
Jeune fille à la beauté ensorcelante et à la voix envoûtante, Jezebel Kern a tout pour être heureuse... Mais elle porte en elle un secret qui la ronge chaque jour davantage.
Lorsque ses parents meurent dans un terrible accident, Jezebel découvre une effroyable vérité sur son passé et le leur. Elle se sent trahie. Son univers s'effondre.
Y a-t-il un lien avec son secret ? Qui est-elle vraiment ?
Il est des questions dont il vaut mieux ne jamais connaître les réponses. Celles que Jezebel trouvera risquent bien de faire vaciller ses croyances comme sa raison."

 


18 janvier 2018

La maison aux 52 portes, d'Evelyne Brisou-Pellen

maison 52 portesEvelyne Brisou-Pellen est un auteur que j'aime beaucoup, que ce soit pour sa série Le Manoir, ou pour les séries plus anciennes Les messagers du temps ou les excellents quatre tomes de La tribu de Celtill.

Avec La maison aux 52 portes, nous avons un roman court de 150 pages en un seul tome mais très prenant et suffisamment dense pour ne pas rester sur sa faim, même s'il aurait pu être beaucoup plus long.

On y découvre Maïlys, une jeune fille, ses parents et la maison dont ils viennent d'hériter. Mais très rapidement, Maïlys vit des événements étranges : est-elle possédée? a-t-elle des visions?

Oscillant entre angoisse et aventure, le récit est passionnant sans une minute de répit.

L'histoire est accessible à partir de 9 ans, mais attention aux enfants sensibles car l'ambiance, angoissante, un peu Chair de poule, peut être mal vécue par un jeune lecteur.

"Maïlys sent qu'elle devient folle. La vieille bâtisse où sa famille vient d'emménager cache un secret. Derrière les nombreuses portes de la maison, Maïlys entend des voix, croise des silhouettes surgies du passé. Quel message tente-t-on de lui transmettre ?"

17 janvier 2018

Code obésité, du Dr Jason Fung

code obesite

Je n'ai pas de formation médicale, mais je me pose depuis des années des questions sur la prise de poids, les régimes et le fait que malgré des mesures et conseils toujours plus nombreux de la part des autorités, le surpoids et l'obésité ne cessent d'augmenter.

L'excellent livre du Dr Zermati, Maigrir sans régime, m'avait apporté bon nombre de réponses, mais la gestion du corps par ses sensations, qui fonctionne lorsque la prise de poids est due à un déséquilibre alimentaire ou à une succession de régime, atteint ses limites lorsque la personne mange sans faim parce qu'elle est stressée, fatiguée, déprimée...

De plus, j'ai pratiqué le jeûne intermittent pendant plusieurs mois (16h/8h) et je me sentais bien mieux, j'ai perdu du poids et surtout, je n''avais plus d'envies irrésistibles de sucré. Or, peu à peu, j'ai diminué la durée de 16h (allez, ça fait 15h30, c'est pas très grave, je vais manger etc ) et surprise, le 16 heures en question n'est pas 15h30 ou 15h, ça m'a de nouveau complètement déréglée. Je savais que c'était lié à l'insuline mais j'avais envie d'en savoir plus. Or, dans Code obésité, le Dr Fung propose comme raison principale de l'obésité le dérèglement de l'insuline.

Je n'ai pas les compétences médicales pour juger du bien fondé de l'étude: j'ai trouvé le sujet bien présenté : toute affirmation est argumentée, avec références à l'appui et facile à lire. Et bon nombre d'idées communément admises sont totalement démontées... Je n'ai pas trouvé plus d'informations que ça sur l'auteur et ses idées, ni sur ses résultats (il faudrait chercher sur les sites anglo-saxons) et je fais part de ma lecture, et non d'une quelconque incitation à faire quoi que ce soit ou d'une solution miracle.

Pour essayer de résumé les idées principales, l'auteur explique que c'est la corrélation entre diabète et obésité qui l'a incité à se pencher sur cette maladie. D'après lui, l'obésité a, comme toutes les maladies graves, plusieurs facteurs qui peuvent en être la cause et non un seul.

Mais pour lui, une des pistes principales est le dérèglement de l'insuline dans le corps : manger entraîne une production d'insuline qui permet de stocker le glucose dans les cellules, mais l'insuline stimule aussi l'appetit. En dose normale, tout se passe bien mais si l'insuline est produite trop souvent, donc en trop grande quantité, ou si le corps développe une résistance à l'insuline et pour lutter, en produit plus, la personne se retrouve "droguée" : l'insuline donne faim, la personne mange, produit de l'insuline qui donne faim, remange etc et se retrouve comme droguée à la nourriture.

Or, certains aliments, indépendamment de leur "poids calorique", entraînent davantage de production d'insuline, en particulier les glucides, surtout les glucides transformés.

Et surtout, il estime que le mode d'alimentation, qui a changé à partir des années 1960-70, est à l'origine du problème : pas parce que l'on mange plus en calories (pour lui, ça n'a pas de rapport) mais parce qu'on mange souvent 4, 5 repas, voire du grignotage (il se réfère à une alimentation très peu faite maison, très industrielle et surtout, très fréquente répandue en Amérique du Nord) donc le corps produit de l'insuline en permanence. Egalement parce que les glucides, que l'on a toujours mangés, sont devenus de plus en plus raffinés, donc digérés de plus en plus rapidement. 

Il explique que tous les régimes font maigrir ET regrossir parce que tous diminuent la quantité de nourriture, donc de fait, la production d'insuline et donc le poids. Mais le corps, au lieu de puiser dans les réserves de graisse, s'adapte en réduisant son fonctionnement (il chauffe moins, d'où une sensation de froid, les battements du coeur ralentissent etc) : il a besoin de moins de calories pour fonctionner, ce sont les fameux "paliers" où le poids stagne... Il faudrait donc diminuer encore les quantités... 

Pour résumer, les calories ne veulent rien dire concernant le poids (idée très difficile à accepter).
De plus, les régimes ne sont pas efficaces (ça, en revanche, je le savais, toutes les études le prouvent), que ce soit régime en diminuant le gras (totalement inefficace d'après lui car les lipides entraînent une très faible production d'insuline), les glucides, les protides, même si la diminution des glucides (transformés) peut permettre d'améliorer le côté insuline.
Attention, ce qu'il présente dans son livre n'est pas destiné à quelqu'un qui veut perdre quelques kilos, il présente ses résultats de recherche sur l'obésité, et les méthodes qu'il applique et qui commencent certainement par des analyses.

 

Mais la piste de l'insuline et d'une véritable addiction est à creuser pour ceux et celles qui ont du mal à perdre du poids et ont cette impression d'être "accro" au sucre.

 

15 janvier 2018

La quête d'Ewilan, tome 5 (bande-dessinée)

Ewilan-BD-5

Nous continuons à dévorer cette adaptation en BD de l'oeuvre de Pierre Bottero. Même si les dessins ne correspondent pas forcément à ce que j'avais imaginé au départ, je m'y suis vite habituée et j'apprécie toujours autant de replonger en Gwendalavir!

Ce tome 5 correspond à la fin du tome 2, Les frontières de Glace et au début du tome 3, L'île du Destin. On y découvre la fabuleuse cité d'Al Poll et les fameuses sentinelles...

L'esprit du roman est totalement présent, ce sont les les personnages et les dialogues de Pierre Bottero qui sont représentés, et lorsque l'on adore toute son oeuvre, c'est un vrai bonheur.

J'ignore si l'effet est le même pour quelqu'un qui n'a pas lu d'abord les romans...

A tout âge, pour une plongée dans le monde merveilleux de Gwendalavir.

Ewilan-BD-5b

 

Posté par nemo_ à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

13 janvier 2018

Débranchez vos enfants, de Anne Peymirat

débranchez vos enfantsJ'ai acheté ce livre par curiosité : à la maison, nous limitons beaucoup les écrans, mais avec la grande qui a désormais son propre ordinateur et ses groupes d'amis sur snapchat, le "moyen" qui est très raisonnable sauf qu'il est accro à certains jeux, et la petite qui semble parfois ne penser qu'à ses "30 mn" de jeu, on se pose souvent la question du "trop" ou du "pas assez".

Le livre m'a permis d'y réfléchir de manière plus posée, pour finalement me rendre compte que ça tourne plutôt bien à la maison, même si je dois faire attention à ne pas diaboliser non plus les écrans...

J'ai trouvé le contenu bien fait : il permet de se poser les bonnes questions en fonction de sa façon de voir les choses et de sa situation, pour ensuite donner les outils qui permettent d'avancer et de mettre en place les changements, sans entrer dans une situation infernale de conflit.

Le livre est également intéressant lorsque l'on a des petits : à partir de quel âge les laisser accéder aux écrans? combien de temps? est-ce que ça leur apporte réellement quelque chose?

Un livre utile et bien conçu.

Préface de Serge Tisseron.

"Apprenez à gérer le temps que vos enfants passent devant un écran ! Pour une vie de famille apaisée !

Télévision, ordinateurs, tablettes, jeux vidéo, téléphone, réseaux sociaux... Tous les parents ou presque sont concernés par les questions " d'écrans ", car les enfants les utilisent quotidiennement ou presque.
Souvent, la présence d'écran est source de tension dans la cellule familiale : c'est la crise pour faire décrocher les enfants, les parents se fâchent, ils sont inquiets car ils trouvent que les écrans prennent trop de place, au détriment souvent du travail scolaire, des activités physiques, etc.
En plus de nuire à l'ambiance familiale au quotidien, les écrans posent de nouvelles questions aux parents.
À partir de quel âge puis-je laisser mon enfant regarder des dessins animés et jouer avec la tablette ?
Combien de temps par jour puis-je lui accorder, selon son âge ?
Les écrans peuvent-ils perturber son sommeil ou sa concentration ?
Est-ce que les jeux vidéo rendent violents ?
Quels sont les dangers des réseaux sociaux ?
Au-delà des avantages indéniables de l'utilisation des nouvelles technologies, quels sont les risques pour mon enfant et les limites à poser ?
C'est en se posant ces questions pour ses enfants et pour répondre à celles des parents en difficulté qui viennent la consulter, qu'Anne Peymirat a décidé de dédier un ouvrage à ce sujet. Son atelier " Reprendre en main les écrans " est actuellement très demandé en entreprise.

L'objectif de ce livre est d'aider le lecteur à :
Trouver les informations pertinentes pour mieux appréhender les écrans (impact sur les enfants, études neuroscientifiques sur le sujet, etc.)
Identifier ses propres règles en phase avec ses convictions et valeurs
Apprendre comment les faire respecter tout en douceur par leurs enfants et les adolescents"

Biographie de l'auteur

Diplômée d'HEC, Anne Peymirat est auteur et coach parental. Elle a créé l'agence " Parentalité – Conseil et Formation ", société membre de l'Observatoire de la Parentalité en Entreprise et organisme de formation. Certifiée sur une méthode de parentalité reconnue, " Calmer, Easier, Happier Parenting ", Anne Peymirat a déjà aidé plus de 2500 parents à reprendre leur vie de famille en main et à mieux vivre avec leurs enfants. Elle intervient auprès de grandes entreprises dans leur démarche de parentaltié (EDF, BNP Paribas, Total, Crédit Agricole,...). Elle est également l'auteur de Je ne crie plus, je ne répète plus, je ne râle plus... Je gère !
Elle est mère de 4 enfant âgés de 4 à 16 ans.


Coco, Disney/Pixar

cocoMince, je n'ai pas encore fait de chronique sur cet excellent dessin animé vu pendant les vacances de Noël!

Nous y sommes allés à 9 et nous avons tous été enchantés, que ce soit les 8-10 ans, les 12-16 ans (ma fille y est d'ailleurs retournée avec son grande d'amis ados par la suite) ou les adultes!

Coco fait partie de ces dessins animés qui plaisent autant aux enfants qu'aux adultes, chacun y trouve son bonheur. Action, émotion, humour (on sourit souvent mais on ne pleure pas de rire), tout y est pour une superbe histoire de famille, de révolte et de destin, dans le décor extraordinaire du Pays des Morts mexicain.

A partir de 6 ans?

"Depuis déjà plusieurs générations, la musique est bannie dans la famille de Miguel. Un vrai déchirement pour le jeune garçon dont le rêve ultime est de devenir un musicien aussi accompli que son idole, Ernesto de la Cruz.
Bien décidé à prouver son talent, Miguel, par un étrange concours de circonstances, se retrouve propulsé dans un endroit aussi étonnant que coloré : le Pays des Morts. Là, il se lie d’amitié avec Hector, un gentil garçon mais un peu filou sur les bords. Ensemble, ils vont accomplir un voyage extraordinaire qui leur révèlera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel…"

Posté par nemo_ à 09:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

12 janvier 2018

Brann, Thomas Passe-Monde, tome 5, d'Eric Tassel

thomas Passe Monde 5Un tome qui se lit toujours facilement mais qui, justement, est trop facile... Le début semblait sortir de nouveau de l'ordinaire, avec les membres de l'organisation Atlas, mais j'ai trouvé la suite bien trop simple et facile.

Du coup, Thomas est prêt à partir à la recherche de la 4e frontière, qu'il trouve finalement assez facilement, sans que l'on comprenne trop la logique de la fin : fantôme? pas fantôme? ils ont faim parce que la nourriture n'existait pas, mais par contre, les lits si? bref.

Je passe sur le fait que Thomas et Ela "approfondissent" leur relation : au début de la série, quelques mois plus tôt, ils ont 14 ans, mais leur attitude et leurs réflexions (enfin, celles de Thomas car Ela est inexistante) donnent l'impression qu'ils sont plus âgés.

En revanche, j'ai bien aimé la partie consacrée à Limes, j'espère qu'on la retrouvera autrement que comme "détail" dans les suivants.

Au final, un tome rapide dans le fond comme dans la forme, presque bâclé, qui m'a un peu déçue.

Je pense que je vais faire une pause dans ma lecture et je verrai si j'ai envie de revenir vers le tome 6.

 

11 janvier 2018

Uluru, Thomas Passe-Monde tome 4

thomas Passe Monde 4Un tome 4 toujours passionnant, mais si certains rebondissements rajoutent de l'intérêt, je trouve que la quête s'essouffle un peu.

Dans ce tome, nos héros partent découvrir Uluru, aussi connue sous le nom d'Ayers Rock, en Australie, car c'est là que se trouve une frontière en Anaclasis. Le récit de l'aventure de Léo Artean est passionnant, mais j'ai trouvé celui des péripéties de Thomas un peu décousu, même s'il a le mérite de nous faire découvrir un nouvel ennemi qui "relancera" peut-être l'histoire?
Enfin, le côté "plante verte" de Tenna et Ela, un peu moins de Bouzin et Palleas (mais pas beaucoup) est un peu décevant. A part soutenir moralement les garçons, les deux filles n'ont absolument aucun rôle.

Quant à la fin, j'ai apprécié le "côté Pierric" mais outre le fait que la manière dont Thomas trouve la frontière d'Uluru n'est pas racontée, ce qui est frustrant, je n'ai pas réellement compris l'intérêt/le choix de cette fin brutale du côté de Thomas.

Bref, un tome 4 qui m'a bien accrochée mais quand même laissé perplexe sur certains aspects. J'espère que le tome 5 redonnera un peu d'originalité et de souffle à l'histoire.

 

09 janvier 2018

Colossea, Thomas Passe-Monde tome 3

thomas Passe Monde 3Un tome 3 passionnant du début jusqu'à la fin!

Comme dans le tome 2, ce tome 3 commence par un chapitre dont on ne comprend pas, au premier abord, le lien avec le reste de l'histoire. On y rencontre un certain Arthur, et sa soeur Morgane... Difficile de résister!!!

Thomas nous emmène d'abord en voyage scolaire à Colossea, la ville "technologique" d'Anaclasis, contenue dans une immense statue. Cependant, ce voyage va emmener Thomas et ses compagnons bien plus loin que prévu...

L'ambiance est aussi plus sombre dans ce tome puisque la guerre commence réellement... Fuites, voyages et combats se succèdent, obligeant Thomas et ses compagnons à grandir plus vite qu'ils ne le souhaitaient.

Un excellent tome qui donne encore davantage envie de continuer la série.

08 janvier 2018

Les figures de l'ombre (film)

C'est rare que je fasse des chroniques sur des films mais en tant que parent, on est souvent confronté à la question :"est-ce que mon enfant peut voir ce film?".

Bien sûr, il y a les "déconseillé aux - de" mais pour avoir cherché pour le dernier Wonderwoman, voilà ce que ça donne...

Dans le doute, nous avons donc regardé Les figures de l'ombre sans ma pitchoune de 10 ans. Qui l'a regardé le lendemain avec son père car non seulement le film ne pose aucun problème à 10 ans mais il mérite d'être vu!

J'ai vraiment passé un très bon moment, moi qui ne suis pas très "film".

figures-ombre

Le scénario s'inspire de l'histoire vraie de trois femmes noires, "calculatrices" pour la NASA au début des années 1960. On découvre la ségrégation au quotidien : les toilettes séparés, les cafetières séparées, les sections de bibliothèques séparées, les places à l'arrière dans le bus etc

L'histoire met également l'accent sur le sexisme : lorsque le côté "noir" n'est pas mis en avant, c'est le côté "femme" qui sert de prétexte! Tout ce qu'il faut pour faire bondir un enfant ou un adulte du XXIe siècle face à tant d'injustice!

Enfin, ces femmes sont des mathématiciennes de génie, et là aussi, j'ai apprécié le message : les mathématiques, ce n'est pas que pour les hommes, et ces trois femmes donnent un bel exemple à nos enfants, d'autant plus qu'à la fin du film sont présentés les vraies personnages avec leur parcours professionnel.

Un beau film qui fait réfléchir à la tolérance, qui montre trois femmes fortes qui réussissent à s'imposer malgré leurs doutes, et qui, s'il montre des personnes intolérantes, racistes ou simplement indifférentes, montre aussi que tous ne l'étaient pas et que chacun peut évoluer. Peut-être un peu "facile" sur cet aspect mais c'est beau quand même, et certaines scènes font chaud au coeur :-)

Pour adultes et enfants à partir de 9 ans. Pas de violence, pas de sexe, mais un accompagnement nécessaire (et évident) des parents pour expliquer le contexte historique de l'époque et répondre à toutes les questions que ce film peut susciter chez les plus jeunes.

"Le destin extraordinaire des trois scientifiques afro-américaines qui ont permis aux États-Unis de prendre la tête de la conquête spatiale, grâce à la mise en orbite de l’astronaute John Glenn.

Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins et dans celle d’un pays en proie à de profondes inégalités, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran."

 

07 janvier 2018

Non à la lecture publique payante!

La lecture à haute voix de livres, en totalité ou sous forme d‘extraits, est considérée comme une “représentation”, et tombe de facto sous le coup du “droit de représentation”. Jusque-là, ce droit était géré par une société d‘auteurs, la SACD, mais depuis le 1er janvier 2016, et sans que grand monde en ait été informé, la gestion du droit de lecture est passée dans l'escarcelle de la SCELF, une société d'éditeurs.

Or, celle-ci a décidé d'appliquer à la lettre le barème de la SACD : trente euros minimum, même sans billetterie ! Y compris pour les “heures du conte”, les associations de lecteurs bénévoles, ou les auteurs lisant leurs propres textes…

Autre problème, la SCELF utilise la base de données Électre, qui ne tient pas compte des contrats qui sont derrière les livres : droits de représentation cédés ou pas à l'éditeur ? Qui va faire le tri ? L'affaire est ubuesque et contre-productive !

Alors nous, auteurs, bibliothécaires, médiathécaires, lecteurs bénévoles, simples amateurs de lecture ou parents d'enfants à qui on lit des livres, avons décidé de dire NON :

  • NON à l'usine à gaz pour les bibliothécaires qui organisent les “heures du conte”,
  • NON à ce que la lecture coûte aux bénévoles qui offrent leur voix et leur temps,
  • NON à la ponction des salons qui contribuent à la vie des livres et des auteurs,
  • NON aux prélèvements sur les auteurs eux-mêmes lorsqu'ils lisent leurs livres !

Les livres ont besoin de médiateurs, et les lectures offertes au public en font partie. Notamment les lectures faites aux enfants, à tous les enfants, pas seulement ceux qui ont la chance de lire et d'entendre lire dans leur famille : ce sont eux qui feront vivre demain la littérature !

Plusieurs collectifs d‘auteurs, dont la Charte et la SGDL, se sont rassemblés pour signer en mars une lettre pour interroger la SCELF… qui a immédiatement botté en touche en leur donnant rendez-vous à l'automne ! Une manière à peine diplomate de renvoyer les auteurs jouer avec leurs crayons, et de laisser les autres, bibliothécaires, bénévoles, se débrouiller pour payer ou se mettre hors la loi !

Nous, auteurs, sommes vigilants sur la façon dont on dispose de nos droits. Et l'un des droits de l‘auteur est justement celui de dire « non » à l'incohérence d‘une mesure qui va à l'encontre de ce pour quoi nous écrivons. La lecture offerte n'est pas un spectacle comme les autres, revoyons sa place au sein du droit de représentation !
Nous, auteurs signataires de cette pétition, demandons l'exonération de prélèvement SCELF sur les lectures à voix haute proposées dans un cadre non marchand sans billetterie.

Quant à nous, lecteurs, bénévoles, bibliothécaires, amateurs de lecture, soucieux de protéger le droit des lecteurs mais aussi celui des auteurs, nous nous félicitons de l’opposition des auteurs au prélèvement SCELF sur les lectures gratuites dans un cadre non-marchand. Et nous entendons ainsi pouvoir continuer à lire les livres qui nous réunissent.

Vive la lecture à haute voix ! Et vive ceux qui lisent ! 

Pour signer la pétition, c'est par ici.

Posté par nemo_ à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Hyksos, Thomas Passe-Monde, tome 2, d'Eric Tasset

thomas Passe Monde 2

Un deuxième tome qui tient toutes ses promesses! Le danger se précise et Thomas et ses amis doivent fuir Dardea destination Hyksos. De nouveaux compagnons se joignent à leur quête qui les mène à travers Anaclasis et ses dangers.

Mais la spécificité de ce tome 2, c'est que l'action commence par un surprenant premier paragraphe dans le monde du reflet... On y découvre un chasseur d'OVNI dont la route va croiser celle de Thomas et de ses compagnons.

Un tome 2 toujours aussi passionnant, qui affirme l'originalité de cette série. J'espère juste découvrir davantage les compagnons de Thomas qui sont un peu trop en retrait pour l'instant.

Toujours à partir de 9 ans.

05 janvier 2018

Sauce chocolat-nutella pour fontaine à chocolat

fontaine-chocolatChaque année, on ressort la fontaine à chocolat pour les anniversaires des enfants avec les copains, et chaque fois, je recherche en urgence la recette!

Donc cette fois-ci, elle était parfaite, alors vite, je la note!

Pour votre sauce pour fontaine à chocolat, il vous faut

  • 150g de chocolat noir
  • 2 énormes cuillères à soupe de nutella (bien bombées)
  • 35cl de crème fraiche liquide (12% ça marche)
  • 3cs d'huile "neutre" (tournesol ici)

Faites chauffer longtemps à l'avance votre fontaine à chocolat.

Quand la sauce est liquide et très chaude, commencez à versez. Si le chocolat ne circule pas, arrêter l'appareil et relancez-le, il peut y avoir des bulles d'air, mais normalement, ça devrait être réussi!

Servez avec des fraises, morceaux de banane, de poire, chamallows et autres bonbons!

 

Thomas Passe-Monde, tome 1 : Dardea, d'Eric tasset

thomas Passe Monde 1J'avais lu ce tome 1 il y a 4 ans et j'avais déjà apprécié ma lecture, mais sans pour autant continuer avec le tome suivant. Cette fois-ci, j'ai été vraiment happée par ce tome 1 au point que j'ai enchainé avec le tome 2 qui me semble très prometteur !

Eric Tasset imagine un monde de fantasy plutôt original : dans ce tome 1, si l'on apprend rapidement qu'il existe des espèces autres que les hommes, tels les Elfes ou des hommes aquatiques, on découvre surtout le monde des humains, établis depuis 1000 ans sur des villes vivantes, les Animavilles, comme Dardea.

Une partie des humains a des pouvoirs et se répartit ainsi entre différentes catégories tels les Bougeurs (télékinésie), devins, ou bien sûr, Passe-Monde (téléportation)

C'est un monde très riche que l'on découvre donc aux côtés de Thomas, 14 ans, passé par hasard dans ce monde d'Anaclasis. Thomas est un garçon attachant, courageux, habitué à se débrouiller seul, qui s'est toujours senti différent dans son monde où il a finalement peu d'attaches : sa grand-mère et son ami Pierric.

Projeté dans ce nouveau monde, il s'y sent davantage "vivant" malgré les dangers qu'il doit affronter et loin de se laisser emporter passivement, réfléchit et choisit de profiter pleinement de ce monde !

Surtout, il y rencontre Ela, une jeune fille indépendante, garçon manqué, mais d'un rang social élevé. Si Ela est parfois présentée comme une princesse "gâtée", elle joue finalement peu ce rôle qu'elle reconnaît elle-même comme un masque qu'elle prend.

Dès les premières lignes, l'écriture, fluide et vivante, nous entraîne aux côtés de Thomas pour son premier jour de vacances, et le rythme ne faiblit pas tout au long de l'histoire.

Alors bien sûr, le thème de base n'est pas très original et ce tome 1 contient bien peu de suspense : un jeune garçon qui découvre des pouvoirs et un autre monde, qui en plus, dans ce tome 1, va intégrer une école pour maîtriser ses pouvoirs et rechercher ses origines, on reconnaît la base d'Harry Potter (auquel l'auteur fait un clin d'oeil dès les premières lignes "Il attrapa ses vêtements abandonnés au pied du lit et les enfila : un jean trop grand, un tee-shirt arborant l’effigie de Harry Potter et une paire de chaussures de sport sans lacets.") Eric Tasset invente même un jeu, lointain cousin du Quidditch.

Quant au monde parallèle, difficile de ne pas penser à l'excellentissime Quête d'Ewilan, de Pierre Bottero, où l'on retrouve le même scénario : une jeune fille qui passe par hasard dans un monde parallèle et y découvre ses pouvoirs et ses origines.

Mais Eric Tasset réussit malgré tout à créer un monde original, différent et ouvrant d'énormes possibilités, et un personnage sympathique dont les aventures tiennent en haleine le lecteur!

Et si le tome 1 était très proche de romans déjà existants, le tome 2 semble partir dans une direction très différente que j'ai hâte d'explorer.

Plutôt pour 10-15 ans mais peut être lu à partir de 8-9 ans pour ce premier tome et être également apprécié par des adultes qui aiment l'aventure et le fantastique.

Et pour découvrir les mondes d'Anaclasis en image et en savoir plus, la superbe page FB https://www.facebook.com/ThomasPasseMondes/ et le blog http://www.eric-tasset.com/index.php/thomas-passe-mondes

"Thomas Passelande vit une existence sans histoires en compagnie de sa grand-mère Honorine, dans une petite ville des Alpes. Jusqu'au jour où il découvre par hasard qu'il possède le pouvoir de pénétrer dans un univers parallèle, le mystérieux Monde d'Anaclasis, peuplé d'habitants étranges. Le jeune garçon apprend alors qu'il appartient à l'ordre respecté des Passe-Mondes, et qu'un destin hors du commun l'attend depuis toujours.
D'aventures en rencontres, il va découvrir pourquoi cet univers incroyable lui semble si familier."

 

03 janvier 2018

Les inventeurs (jeu de société)

inventeurs-jeu

Depuis 6 mois que j'ai craqué sur ce jeu, nous n'avions pas encore réussi à y jouer. Voilà qui est fait et il est super!

Premier point positif : il est beau! Les cartes consacrées aux différents inventeurs et aux inventions sont très réussies, les matériaux du jeu sont vraiment de qualité.

J'ai trouvé également le concept intéressant, c'est d'ailleurs ce qui m'a attirée au départ : découvrir des inventeurs de toutes les époques et les faire collaborer. Le jeu est complété par un livret de notices biographiques qui permet de comprendre qui sont les différents personnages.

Enfin, les parties sont passionnantes, stratégiques, et le jeu me paraît avoir un potentiel de renouvellement important, évitant ainsi que l'on se lasse trop vite.

La règle est complète... mais pourquoi les règles sont-elles toujours écrites de manière si compliquée???

Le jeu réunit 2 à 5 joueurs. Chaque joueur choisit une équipe de 4 inventeurs.

Le but est d'accumuler les points de victoire afin d'être celui qui en a le plus lorsque le jeu se termine.

Pour cela, à tour de rôle, les joueurs font travailler un inventeur sur une invention en y plaçant les cubes de leur couleur. Plusieurs inventeurs concurrents travaillent donc en même temps sur la même invention. Lorsque l'invention est terminé, il y a partage des récompenses et ce sont récompenses qui permettent de faire progresser les inventeurs en leur donnant de nouvelle capacité ou de cumuler directement des points de victoire.

Ensuite, en fonction des capacités acquises par les inventeurs, du nombre de cartes accumulé et des pions "points de victoire", le calcul est fait et le vainqueur désigné.

Différents aspects stratégiques sont à prendre en compte : vaut-il mieux cumuler les cartes? faire progresser rapidement ses inventeurs? collaborer ou non sur les inventions? selon les stratégies adoptées, les parties sont différentes et renouvellent le jeu.

Une superbe découverte, un jeu que je conseille à partir de 9 ans (une fois les règles comprises, il est du niveau d'un Colons de Catane ou d'un Carcassonne, par exemple)

********************

Edit après un échange avec une personne de Bombyx : nous n'avons pas joué tout à fait de la bonne manière ;-)

Chaque période doit durer le temps que les cartes correspondant au nombre de joueur + 3 soient utilisées, il y a donc suffisamment de jetons. Mais nous, nous avons joué le temps que toutes les cartes d'inventions, réparties en 3 périodes, soient utilisées (1h15 à 3)

Après plusieurs jours de jeu "à notre manière" à 3 ou à 4 :

  • c'est toujours aussi sympa
  • nous n'avons pas respecté la règle de se défosser des jetons une fois utilisé, car sinon, nous n'en avons pas assez pour finir la partie
  • même sans se défosser des cafés et autres avantages, à 3 et encore plus à 4, le nombre de jetons est trop juste, donc nous en avons refait avec les "ronds" enlevés des cartes de jeu, et nous les utilisons pour remplacer les nombres en fin de partie

Nous allons maintenant tester en respectant la règle et voir quelle version nous préférons!

 

Posté par nemo_ à 15:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 janvier 2018

Les BD de Noël ;-)

Chez nous, on est très "liseuse" donc nos ebooks sont assez difficiles à mettre au pied du sapin... En revanche, côté BD, on se lâche!!!

La récolte de cette année... (et avec 3 anniversaires en janvier, ce n'est pas fini!)

BD Noel

Posté par nemo_ à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2018

L'espion de Richelieu, de Claude Merle

espion-richelieu-t1Et pour commencer cette nouvelle année 2018, voici une trilogie historique très sympathique!

Je viens de terminer le tome 2 et d'acheter le tome 3, je me plais vraiment dans cette excellente série qui ressemble aux trois Mousquetaires tout en ayant ses propres qualités!

On plonge dans l'époque de Louis XIII et Richelieu et des complots de la cour. Ancelin, fine lame et noble par son père mais pas par sa mère, revient d'Italie et retrouve son groupe d'amis. Mais très vite, il est obligé d'accepter de servir le cardinal de Richelieu et le voilà impliqué dans les affaires des puissants...

Ancelin est un personnage sympathique, chaleureux, chevaleresque, que l'on a plaisir à suivre dans ses aventures. Il a un don pour se retrouver dans les ennuis mais il finit toujours par s'en sortir.

D'autres personnages sont récurrents, comme Angélique de Beaulieu, la "milady" de l'histoire, et Louise, l'amie d'enfance devenue une femme amoureuse...

Un récit historique classique mais rythmé avec des personnages attachants, une belle manière de découvrir l'histoire à partir de 9-10 ans mais pour plus grands également!

"Pour sa première mission, Ancelin doit déjouer un complot qui menace le roi ! Paris, 1626. Le roi Louis XIII a fait interdire les duels. Pourtant, Ancelin, jeune soldat de vingt ans, se bat contre un noble qui l'a provoqué. Arrêté par les gardes de Richelieu, il s'attend à être exécuté. Mais le cardinal lui propose un marché : il aura la vie sauve s'il devient l'un de ses espions. Nul ne devra savoir qu'il est à son service et il ne pourra compter que sur lui-même dans ses missions ultrasecrètes. Son premier défi : récupérer une lettre qui se trouve entre les mains de la belle Angélique de Beaulieu, confidente de la reine, et qui met le royaume en danger..."

 

31 décembre 2017

Bonne année 2018

annee-2018

Posté par nemo_ à 23:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 décembre 2017

La quête d'Ewilan, tome 3 en livre audio

quête-ewilan-livre audio3Pour accompagner notre trajet sur la route des vacances, j'avais gardé en réserve le tome 3 de La quête d'Ewilan en livre audio.

C'est toujours un grand bonheur de retrouver les personnages et le monde  de Gwendalavir d'autant plus que dans ce tome 3, nous découvrons Siam, la soeur d'Edwin et retrouvons Mathieu, le frère d'Ewilan!

Un récit toujours dynamique, rythmé, merveilleusement raconté, un vrai plaisir!

La trilogie de La quête d'Ewilan est désormais complète en livre audio, j'espère que Les mondes d'Ewilan suivront!

Un superbe cadeau à faire, même si Noël est passé!

 

Posté par nemo_ à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

29 décembre 2017

L'aube sera grandiose, Anne-Laure Bondoux

aube-grandioseJ'avais déjà lu un roman de cet auteur, dans un genre totalement différent : Le destin de Linus Hoppe mais c'est en lisant des commentaires sur L'aube sera grandiose que j'ai réalisé que c'était du même auteur.

L'aube sera grandiose commence sur les chapeaux de roue puisque la narratrice, Titania, prend sa fille de 16 ans à la sortie de son entraînement de natation pour l'emmener dans un lieu inconnu, malgré des protestations car elle va rater la fête de son lycée.

C'est le début d'un long récit qui fait voyager le lecteur des années 1970 aux années 2000 aux côtés de Titania, de sa mère Rose-Aimée et de ses frères.

Nine découvre ainsi l'histoire d'une famille dont elle ne connaissait pas l'existence, au début avec beaucoup de mauvaise volonté mais rapidement, comme le lecteur, elle se retrouve fascinée par l'histoire de sa grand-mère et de sa mère.

Le récit est bien écrit, fluide, lumineux, on s'attache aux enfants que l'on voit grandir, et à la mystérieuse Rose-Aimée dont on découvre enfin l'histoire à la fin.

C'est aussi un plaisir pour des adultes qui ont vécu ces années 1980-1990 de les revivre sous la plume de l'auteur.

Une belle histoire de femmes, sur trois générations.

Le roman est classé jeunesse mais pour moi, il est à proposer à partir de 14-15 ans et pour adultes. Rien n'empêche de le lire plus jeune mais je ne suis pas certaine que le thème intéressera un lecteur (plutôt une lectrice, d'ailleurs) de moins de 15 ans.