Cela faisait un moment que je n'avais pas lu de livres de développement personnel, psychologie et sujets du même genre. J'avais ce livre depuis un petit moment, je me suis donc penchée sur le sujet de la transition de milieu de vie, connue également sous le terme de "crise de la quarantaine".

J'ai trouvé l'ouvrage du Dr Fauré plutôt bien fait : facile à lire, le sujet est bien expliqué et les idées reçues, en particulier celle de la "crise inévitable" de la quarantaine, remises en perspective. L'auteur donne de bonnes pistes de réflexion, sans pour autant proposer des recettes toutes faites.

Un livre intelligent qui fait réfléchir, à lire entre 30 et 60 ans, lorsque l'on commence à se poser des questions sur son travail ou sur son couple "dans la durée", que l'on éprouve une sensation de "vide" alors que l'on a tout pour être heureux, que l'on se sent vieillir... Les raisons peuvent être diverses, il n'est pas nécessaire de se sentir "mal" pour le lire car ce livre apporte forcément quelque chose.

"On parle beaucoup de crise de la quarantaine, de la cinquantaine, du milieu de vie. En réalité, il s'agit le plus souvent d'une transition qui n'est pas nécessairement critique. Afin de l'envisager sereinement et de mieux la vivre, il est important de bien comprendre ce qui se passe entre 45 et 55 ans. Or, pudeur, doutes, peurs, rendent difficile le partage du vécu intime de cette étape si bien que les idées fausses sont multiples, et souvent caricaturales. Avec la sensibilité qui caractérise tous ses livres (Vivre le deuil au jour le jour, Le Couple brisé, Ensemble mais seuls), le Dr Christophe Fauré, psychiatre, aborde les différents aspects de la vie concernés par cette période charnière : le corps, le couple, le travail, la relation avec les enfants et les parents, la conscience du temps qui passe, la réalisation de soi... Ce livre dévoile les enjeux de cette nécessaire transition, ouvre des pistes pour bien la vivre, indique les pièges et les impasses à éviter, sans dramatiser, avec conscience, profondeur et sagesse."