18 février 2016

Visions de feu, de Jeff Rovin et Gillian Anderson

Visions de feu

Souvenirs, souvenirs, c'est Scully qui m'a amenée à tenter cette lecture, sans forcément trop d'illusions. Mais surprise, c'était vraiment pas mal du tout !!!

L'écriture est agréable à lire, le côté fantastique n'est pas trop prononcé, juste ce qu'il faut, les personnages sont intéressants et bien décrits, et le scénario est intelligent et bien pensé.

Il s'agit d'un tome 1 très conséquent (on en a "pour son argent") dans une histoire de fond qui s'annonce dense. Il y a donc une vraie fin de l'histoire du tome 1, mais pas de l'histoire de fond qui continue dans un futur tome 2 (ou plus).

Très sympa!

Pour adultes mais accessibles pour ados, même si le scénario est complexe.

"La fille du représentant indien à l’ONU se met à parler une langue inconnue et souffre de violentes visions. Une jeune Haïtienne manque de se noyer sur la terre ferme. Un étudiant iranien s’immole par le feu…
À New York, Caitlin O’Hara, psychologue pour adolescents renommée, est chargée de traiter la jeune Maanik. Elle est convaincue que les crises de sa patiente ont un rapport avec la récente tentative d’assassinat qu’a subie son père et qui n’a fait qu’aggraver les tensions entre l’Inde et le Pakistan.
Mais lorsque, partout dans le monde, des adolescents commencent à présenter les mêmes symptômes, Caitlin est obligée de reconnaître qu’elle a affaire à quelque chose de plus sinistre encore…"

 


19 décembre 2015

La 7e fonction du langage, de Laurent Binet (prix interallié 2015)

7e fonction langageCe n'est pas mon genre habituel, je m'y suis attaquée car la bibliothèque municipale de mon village l'a acheté et je voulais pouvoir donner mon avis. Et j'ai vraiment aimé!

C'est très particulier, assez confus même si ça s'éclaire à la fin, mais je me suis régalée tout au long de ma lecture. Mais j'avoue ne pas toujours avoir tout lu concernant les explications sémiologiques...

Les dialogues, en particulier entre Bayard, flic caricatural de droite, et Simon, étudiant de gauche à Vincennes, sont fabuleux!

J'ai adoré le style d'écriture, les personnages principaux et secondaires, les descriptions de Giscard, Mitterand, Lang etc au début des années 1980 et j'ai trouvé la fin de l'histoire vraiment à la hauteur.

Bref, je conseille vraiment!

"Le point de départ de ce roman est la mort de Roland Barthes, renversé par une camionnette de blanchisserie le 25 février 1980. L'hypothèse est qu'il s'agit d'un assassinat. Dans les milieux intellectuels et politiques de l'époque, tout le monde est suspect..."

 

07 décembre 2015

Pourquoi j'ai mangé mon père, de Roy Lewis

pourquoi j'ai mangé mon pèreComme nous avons acheté ce livre pour la bibliothèque municipale, je me suis dit que c'était le moment de le lire. Lecture assez rapide mais très agréable et totalement décalée. Je n'ai pas hurlé de rire mais j'ai souvent souri. 

Un livre avec beaucoup d'humour, qui raconte l'évolution de l'homme à travers le récit de la vie d'une tribu de la Préhistoire.

A tout âge même s'il faut comprendre le second degré.

Un petit cadeau sympa à faire pour les fêtes?

Une famille préhistorique ordinaire : Édouard, le père, génial inventeur qui va changer la face du monde en ramenant le feu ; Vania, l'oncle réac, ennemi du progrès ; Ernest, le narrateur, un tantinet benêt ; Edwige, Griselda et d'autres ravissantes donzelles... Ces individus nous ressemblent : ils connaissent l'amour, la drague, la bataille, la jalousie. Et découvrent l'évolution. Situations rocambolesques et personnages hilarants pour rire et réfléchir. Un miroir à consulter souvent. " C'est le livre le plus drôle de toutes ces années, mais ce n'en est pas moins l'ouvrage le plus documenté sur l'homme à ses origines. " Théodore Monod

08 novembre 2015

Le grand mur circulaire, de Maurice Lacan (lecture en cours)

grand mur circulaireJe  viens de commencer Le grand mur circulaire, envoyé par les éditions Mélibée, que je remercie pour leur confiance!

Pour l'instant, j'en suis encore à la "mise en place" d'un monde qui pourrait être le notre dans 10 ans... Une ville sécurisée, propre, où les gens sont heureux sans trop se poser de questions, où seulement 30% de la population utilise son droit de votre, où les partis politiques se ressemblent tous, où les journaux d'information ne paraissent plus puisque plus personne ne les lit, au contraire des journaux people qui font toujours rêver ...

Et autour de cette ville, un mur avec des portes contrôlées, et de l'autre côté, des quartiers pauvres, délabrés, des gens venus de tous les pays, des opposants également, mais si peu nombreux.

C'est très bien écrit (même si je n'aime pas le fait que les dialogues sont intégrées dans la phrase, du genre Pauline entra dans la pièce. Alors, qu'as-tu fait aujourd'hui?

Mais sinon, c'est très agréable à lire. A suivre...

 

 

14 octobre 2015

Juste avant le bonheur, d'Agnès Ledig

juste avant le bonheurVoici un livre dont je n'ai entendu que du bien : autour de moi, sur amazon, dans la presse... A tel point, d'ailleurs, qu'au final, je n'avais plus envie de le lire. Oui, je sais, je suis contrariante!

Mais je l'avais quand même mis sur ma liseuse, et il y a deux jours, après Les Revenants, je n'avais pas envie de repartir dans un thriller, ni même dans du fantastique. Alors je l'ai commencé, sans savoir du tout de quoi il parlait.

Que dire, si ce n'est que les gens qui me l'ont conseillé avaient raison, c'est vraiment très bon! C'est bien écrit, c'est beau, c'est émouvant, c'est une magnifique tranche de vie qui fait rire, pleurer, réfléchir aussi...

Lisez-le si vous ne l'avez pas encore fait, vous allez aimer! Vous n'oublierez pas Julie, Lulu et les autres, ils resteront longtemps dans un coin de votre tête et de votre coeur!

"Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule son petit Lulu, unique rayon de soleil d'une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n'a pas l'habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend... "


18 août 2015

Le Monde de Narnia, 7 tomes, de C.L. Lewis

NarniabC'est au tour de ma petite dernière de lire les 7 tomes du Monde de Narnia. Elle s'est lancée pendant les vacances pour qu'on puisse ensuite le regarder en famille (ici, c'est simple, on lit le livre avant de regarder le film).

Elle en est au tome 4 et se régale!

Un classique de la littératue jeunesse, à partir de 7-8 ans.

"C'est une histoire qui s'est passée il y a très longtemps, à l'époque où votre grand-père était un petit garçon. Une histoire très importante, car c'est elle qui permet de comprendre comment les échanges entre notre monde et le pays de Narnia ont commencé.
A cette époque, Sherlock Holmes vivait encore à Baker Street. A cette époque, si vous aviez été un petit garçon, vous auriez porté un uniforme de collégien au col empesé tous les jours, et les écoles étaient souvent plus strictes qu'aujourd'hui. En revanche, les repas étaient meilleurs. Quant aux bonbons, je ne vous dirai pas à quel point ils étaient exquis et bon marché, sinon je vous mettrais l'eau à la bouche pour rien. Enfin, à cette époque vivait à Londres une petite fille qui s'appelait Polly Plummer."

05 mai 2015

L'incroyable histoire de Wheeler Burden, de Selden Edwards

Wheeler-BurdenComme dirait le chroniqueur de la librairie La Griffe noire, ce livre est "énooorme"!

Lorsque j'ai entendu la chronique, j'ai été très tentée, mais j'ai finalement mis plusieurs mois avant de le lire. Durant les vacances, j'avais envie de changer un peu du "jeunesse", je l'ai donc ouvert... et j'ai été totalement prise dedans!

Le livre se partage entre la vie passée de Wheeler Burden, de son enfance à ce jour où il se retrouve dans la Vienne de la fin du XIXe siècle, et sa vie à Vienne. Les deux sont passionnants, le personnage est extraordinaire, et ses entretiens à Vienne avec Freud particulièrement intéressant... On rentre vraiment dans la psychologie des personnages, dans leurs interrogations, dans leurs choix.

L'image du père est bien sûre omniprésente, avec des révélations surprenantes.

Certains  rebondissements sont assez prévisibles mais d'autres surprennent totalement le lecteur. Et malgré ce côté "saut dans le temps", il ne s'agit pas de fantastique, les passages au XIXe siècle s'intègrent totalement dans l'ensemble, un peu comme si le héros était très vieux et racontait sa jeunesse, si ce n'est que c'est inversé.

C'est très bien écrit, c'est passionnant, je le conseille vivement.

Un livre que l'on n'oublie pas.

"Wheeler Burden vit à San Francisco en 1988. Aussi a-t-il peu de raisons de se retrouver, un beau matin, à Vienne en 1897. C’est pourtant ce qui lui arrive, d’une façon totalement inexplicable. C'est l'occasion pour lui de découvrir cette Vienne si riche culturellement dont lui a parlé son mentor. Et pourquoi pas rencontrer Sigmund Freud? "

 

 

18 avril 2015

Partie de pêche au Yemen, de Paul Torday

partie-de-pêche-yemenVoici un livre décalé, dans un genre très différent des livres que je commente habituellement. Il serait plutôt du genre du Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates que j'avais adoré.

Partie de pêche au Yemen est bien écrit, avec beaucoup d'humour (anglais) et une histoire de base assez tirée par les cheveux puisqu'il s'agit de développer la pêche au saumon au Yemen!

Mais le sujet est surtout un moyen de montrer l'absurdité et le cynisme des milieux gouvernementaux et des organismes de recherche, et un prétexte pour faire réfléchir sur le couple, les carrières et la vie en générale. Et sur les saumons!

Composé pour une grande partie de mails et de lettres, je lui ai trouvé quelques longueurs mais il reste très agréable à lire, décalé, avec beaucoup d'humour, même si j'ai eu plus d'une fois envie de secouer le personnage principal.

"Que se passe-t-il dans la tête d’un scientifique britannique tout à fait raisonnable et comblé –sa femme vient de lui offrir une brosse à dent électrique pour leurs vingt ans de mariage – quand un cheikh yéménite, passionné de pêche, lui demande de construire une rivière à saumon de plusieurs dizaines de kilomètres afin qu’il se livre à son sport favori…
Une délicieuse explosion qui donne naissance à une de ces comédies originales que les Anglais savent nous offrir pour notre plus grand plaisir.
Partie de pêche au Yémen est aussi une parabole ironique sur les folies des administrations, les possibilités quasi-surréalistes de l’argent et du pouvoir, l’histoire d’un homme presque banal dont le destin bascule par la puissance du rêve et bien sûr par l’apparition d’une femme."

08 mars 2015

Square in the city, de Magalie Lopez

square in the cityBien que n'étant pas mon genre de littérature habituel, je me suis laissée tenter par Square in the city, et j'ai apprécié ma lecture.

Quatre femmes très différentes se réunissent tous les soirs dans un square, et on découvre des personnages qui ne laissent pas indifférents.

C'est très bien écrit, avec de l'humour et de la finesse, une auteure française qui mérite d'être découverte.

"Quatre mamans, aussi opposées que les quatre points cardinaux, se regroupent chaque jour de chaque semaine sur leur banc fétiche dans le square du quartier. Au nord, Anna la québécoise à l'éducation irréprochable. Au sud, Marylin la juive marocaine, tendue et explosive. Le bloc de l'est c'est Alexia, le pilier que rien ne semble pouvoir ébranler. Et toujours à l'ouest, la distraite et aérienne Béatrice qui, tant qu'il y aura des nuages, en profitera pour planer. Au centre, alimentant leurs fantasmes, il y a Fred. Fred le tatoué bronzé bodybuildé d'Alerte à Malibu parfumé au monoï. Autour gravitent leurs enfants respectifs. Tous les ingrédients sont réunis pour une bonne histoire à l'américaine : de l'amour, de la haine, de l'action, de l'inaction, un peu de sexe, de jalousie et même du sang (quelques gouttes). Les second, troisième ou quatrième degrés sont les seules qualités requises pour lire cet ouvrage."

Posté par nemo_ à 20:26 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 novembre 2014

Jamais deux sans toi, de Jojo Moyes

 

Jamais-deux-sans-toiJe ne connaissais cet auteur que de nom, et ce n'est pas forcément mon style de lecture. Mais je suis tombée sur une chronique de France Info où était présenté le livre. Il s'agit du libraire de La Griffe Noire, Gérard Collard? Et lorsque Gérard Collard parle d'un livre qu'il a aimé, il faut se retenir pour ne pas courir l'acheter!!!

Je n'avais pas l'autre, qui me tente bien aussi, Le sceptre et le sang, de Jean des Cars. Mais j'avais celui-ci, donc aussitôt dit, aussitôt fait, hop, sur la liseuse.

Et j'ai vraiment beaucoup aimé... Les personnages sont intéressants, surtout les enfants, atypiques, qui souffrent de leur différence. Le contraste entre Jess, qui fait vivre sa famille avec très peu d'argent, et Ed, pour qui 500 livres, c'est "rien", fait aussi beaucoup réfléchir.

Une histoire assez banale, finalement, mais lorsque vous la commencez, vous ne pouvez que vous laisser embarquer aux côté de Jess, Nicky, Tanzie et leur chien dans la magnifique voiture d'Ed direction l'Ecosse, pour un voyage assez extraordinaire.

Une belle leçon de vie, un livre émouvant qu'on ne peut pas poser avant la fin!

"Jess est à bout : elle se tue à la tâche, son mari a disparu de la circulation, son fils rentre de cours couvert de bleus, et elle n’a pas les moyens de payer à sa fille surdouée l’école prestigieuse qui la promettrait à un brillant avenir.
Alors qu’elle ne s’y attendait plus, la chance lui sourit enfin. La chance, ou plutôt le millionnaire dont Jess entretient la résidence. Accusé de délit d’initié, Ed risque la prison, et il craint plus que tout d’accabler son père malade avec cette nouvelle. Soucieux de s’acheter une conduite et d’oublier ses ennuis, il se propose de venir en aide à Jess. S’ensuit alors une folle équipée avec la petite famille et Norman, leur inséparable chien.
Que va donner l’addition de leurs petits et grands désastres individuels ?"