08 juillet 2017

La planète aux vents de folie, La Romance de Ténébreuse t1, de Marion Zimmer Bradley

planete folie

C'est parti pour une relecture de cette fabuleuse épopée qui se déroule sur plusieurs millénaires!

La planète aux vents de folie raconte le naufrage de colons spatiaux sur une planète inconnue, qui sera plus tard baptisée Ténébreuse. Le roman est centré sur quelques personnages, avec lesquel on découvre avec plaisir cette nouvelles planète, ses merveilles et ses dangers!

Le plaisir est d'autant plus grand quand on sait à quelle civilisation vont donner naissance ces colons naufragés...

La planète aux vents de folie se dévore assez rapidement, et s'il n'est pas le meilleur de la série, il est suffisamment captivant pour donner envie d'enchainer avec la suite!

La Romance de Ténébreuse, "classique" de la fantasy, entre dans cette catégorie spéciale de romans à la fois fantasy et science fiction, comme La balade de Pern. Deux séries parmi les meilleures!

Pour grands ados (à partir de 15 ans?) et adultes.

 

 


06 avril 2017

Impyrium, livre I, de Henri H. Neff

impyrium-1Impyrium est un roman difficile à classer, à mi-chemin entre l'heroic fantasy et la dystopie, le "jeunesse" et le "jeune adulte".

Dans un monde réorganisé après un grand cataclysme, les Faeregine règnent sur Impyrium. Il pourrait donc s'agir d'une dystopie, mais le monde imaginé se rapproche davantage de la fantasy : magie, technologie très limitée au profit des pouvoirs, quelques familles élues qui détiennent ces pouvoirs et un monde plutôt "médiéval", mais toujours avec un minimum de technologie, comme par exemple des voitures.

Les héros ont une douzaine d'années mais leur comportement et leurs paroles les font paraître plus âgés : Hazel, parce qu'en tant que princesse, elle a reçu une éducation exigeante qui la fait hésiter en enfance et adolescence, et Hob parce qu'il a connu une enfance difficile.

Ce premier tome est très intéressant, il permet de découvrir les personnages et leur monde de manière détaillée. On n'est pas dans une quête ou une histoire d'amitié mais beaucoup plus dans une ambiance de complots et d'intrigues politiques, passionnant mais pas forcément avec beaucoup d'action, ce qui rapproche davantage ce tome du genre "jeune adulte".

On peut donc s'attendre à un 2e tome plus complexe et plus développé, qui devrait être passionnant!

Une série qui promet beaucoup, à partir de 10 ans.

"Depuis trois mille ans, les Faeregine règnent sur Impyrium.

Pourtant, au fil des siècles, leur magie s'est affaiblie. Aujourd'hui, elle n'est presque plus qu'un souvenir. D'autres mages, plus puissants, convoitent le trône.

Hazel est le dernier espoir des Faeregine. Sa magie paraît sans limites. Mais est-ce une chance ou une malédiction, pour Hazel, pour sa famille, pour Impyrium ?"

05 janvier 2017

L'héritage des Rois-Passeurs, de Manon Fargetton

héritage rois passeurs

Je n'ai pas pu résister, après les Illusions de Sav Loar, j'ai replongé en Ombre pour relire les Rois passeurs. J'ai d'ailleurs peut-etre davantage apprécié cette seconde lecture : les allusions aux personnages et les scènes communes aux deux livres sont déjà présentes mais ce n'est que maintenant que je m'en rends compte, que je les lis différemment...  J'ai redécouvert certains personnages comme Ravenn ou Luernios en ayant une vision plus vaste de leurs vies, une connaissance de leur avenir, c'est assez troublant.  

Le récit est toujours aussi passionnant et bien écrit, mais ma vision des personnages était légèrement différente. Je reste sur ma faim pour Liam que j'ai trouvé très attachant, pour Julian, si mystérieux... Je serais curieuse de savoir la suite, ce que deviennent les personnages et le royaume d'Ombre...

Un magnifique roman, qui permet de découvrir un monde fabuleux que l'on a du mal à quitter une fois la dernière page tournée.

"Ombre, univers peuplé de magie, et Rive, le monde tel qu’on le connaît, sont les deux reflets déformés d’une même réalité. Énora est unique : elle peut traverser d’un monde à l’autre. Lorsque sa famille est brutalement décimée par des assassins masqués, elle se réfugie au seul endroit où ses poursuivants ne peuvent l’atteindre. Au royaume d’Ombre, sur la terre de ses ancêtres. Là-bas, Ravenn, une princesse rebelle, fait son retour après neuf ans d’exil passés à chasser les dragons du grand sud. Sa mère, la reine, est mourante. Ravenn veut s’emparer de ce qui lui revient de droit : le trône d’Ombre. Et elle n’est pas la bienvenue.
Deux mondes imbriqués. Deux femmes fortes, éprouvées par la vie. Deux destins liés qui bouleverseront la tortueuse histoire du royaume d’Ombre…"

 

11 octobre 2016

La part des ombres, tome 1, de Gabriel Katz

la part des ombres-t1Fan absolue de la trilogie Le Puits des mémoires, du même auteur, j'attendais avec impatience ce nouveau roman qui reprend un personnage du puits des mémoire, un de La maîtresse de guerre, et un de Aeternia.

Les trois personnages principaux font la force du roman : Olen, le beau gosse qui ne sait pas résister aux femmes, le Danseur (personnage que j'avais beaucoup  aimé dans Aeternia), insolent, joueur et cynique, et Kaelyn, la maîtresse de guerre, organisée, forte dans un monde d'hommes.

Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les autres romans pour apprécier La part des ombres, même si ça titille un peu lorsque l'on ne connaît pas leur passé (je n'ai pas lu le tome 2 d'Aeternia, et ma lecture du Puits des mémoires et de la maîtresse de guerre est loin...).

La part des ombres se reconnaît comme du Gabriel Katz les yeux fermés (ce qui ne simplifie pas la lecture, j'avoue ;-) ) : un début fracassant, des personnages principaux avec de l'humour, d'autres personnages que l'on a envie de claquer, une intrigue qui se met en place peu à peu tout en se compliquant au fur et à mesure.

Passionnant du début à la fin, ce tome 1 reste quand même un peu "introductif", on sent que la suite sera encore meilleure... Surtout après avoir terminé les dernières lignes qui donnent envie de se jeter sur le tome 2, tout en laissant pas mal de mystère sur les orientations qui vont être données à l'histoire.

De la fantasy "réaliste" pour grands ados et adultes.

Pourquoi fantasy réaliste ? parce que comme Les épées de glace, d'Olivier Gay, ou dans une moindre mesure, Le porteur de mort, d'Angel Arekin, les romans se déroulent dans un monde d'héroïc fantasy, mais sans (ou très peu) le côté magie, les elfes et autres peuples typiques de ce style littéraire. Et à ma connaissance, il n'y a pas de nom approprié.

"La Goranie était jadis une terre de conquérants, elle n'est plus aujourd'hui qu'un pays occupé, avec à sa tête un roi fantoche. Dix ans déjà que les Traceurs, peuple guerrier descendu des montagnes pour " pacifier " le pays, règnent en maîtres sur le royaume. Discipline, terreur, corruption, tout semble fonctionner sans le moindre accroc jusqu'au jour où tout bascule. Une noce qui tourne au drame, un massacre tenu secret... et un homme qui se dit revenu d'entre les morts, pour lever le peuple contre l'occupant. On l'appelle le Fantôme, et pour animer la lame de fond qui renversera le régime, il a besoin de combattants – des mercenaires de haut niveau, capables d'encadrer, de former, et d'affronter les terribles guerriers de la Trace. C'est ainsi qu'entrent en scène trois personnages venus des quatre coins du monde (et surtout des autres séries de Gabriel Katz) : une maîtresse de guerre, un gladiateur de haute volée et... un beau gosse qui ne sait pas très bien comment il s'est fait entraîner là-dedans."

14 août 2016

Tara Duncan, tomes 1 et 2, de Sophie Audouin-Mamikonian

tara duncanJe suis en vacances avec internet très limité, d'où mon peu d'activité, mais je lis quand même!

Mes enfants de 8 et 11 ans ont lu (pour l'une), relus (pour l'autre) la série des Tara Duncan (enfin,jusqu'au 7 pour la petite, Tara grandissant au fil des tomes ...) A les entendre rire et commenter, cela m'a donné envie de les relire et de finir la série puisque j'ai dû m'arrêter au 10.

Au final, j'ai lu les deux premiers tomes. En commençant le premier, je me suis dit que c'était chouette de redécouvrir Tara, ses amis Fabrice le terrien, Robin l'elfe, Cal le voleur... et Autremonde. Mais en continuant, j'ai quand même trouvé que c'était "trop" : c'est drôle, passionnant, mais on fatigue vite du fait que Tara n'a pas une minute de tranquilité, tout lui tombe dessus sans arrêt, c'est un tourbillon incessant.

Mais c'est quand même une excellente série, pour tous jusqu'au 7, à partir de 10-11 ans pour le tome 8 et suivants.

"Jeune fille sans histoire, Tara apprend qu'elle est une sortcelière. Ce qu'elle trouve plutôt ringard...

Elle a à peine le temps de digérer la nouvelle que sa maison est attaquée par les envoyés de Magister, le Maître des Sangraves ! Elle découvre alors que sa mère, disparue des années plus tôt, est toujours vivante et prisonnière du sinistre Magister. Décidée à la retrouver coûte que coûte, Tara – qui ne maîtrise pas encore ses dons – part sur AutreMonde, la planète où règne la magie.

Accompagnée de son arrière-grand-père transformé en labrador par un sort raté, Tara découvre des créatures fascinantes, un Palais farceur, des peuples comme les vampyrs, les dragons ou les nains. Si certains deviennent des amis, le pouvoir trop puissant de la jeune fille attire aussi des convoitises malveillantes."

 


30 juillet 2016

L'invocateur, livre 1 : Novice, de Taran Matharu

invocateur-t1Un fantasy jeunesse agréable à lire, fluide et rythmé mais qui manque d'originalité.

J'ai passé un bon moment en lisant ce roman mais j'ai eu l'impression de lire un mélange d'Harry Potter et de Tara Duncan : secret sur la naissance, école de magie, méchant noble de sang pur, le méchant prof ami du père du méchant noble... ça fait quand même beaucoup. On rajoute un zeste de Tara Duncan, avec les familiers (ici des démons) et l'elfe et le nain comme ami, et on arrive à un air de déjà vu.

Malgré ces ressemblances, le roman se lit bien, on est emporté par les aventures de Fletcher qui commence son apprentissage d'invocateur et le tome 1 se termine sur une scène qui donne envie de lire la suite.

Un bon roman jeunesse, donc, mais mieux vaut ne pas avoir lu trop de romans dans le même genre pour l'apprécier.

A partir de 10 ans.

"Orphelin, Fletcher imagine déjà son avenir tout tracé : une vie dure mais paisible comme forgeron dans un village sans histoire… Jusqu’au jour où il se découvre un talent rare, un talent bien particulier : celui d’invoquer les démons.
 
Accusé d’un crime qu’il n’a pas commis, Fletcher trouve refuge à l’Académie Vocans, sous l’aile du mystérieux capitaine Arcturus. Là, on lui enseigne la magie et la maîtrise d’Ignatius, ce petit démon qu’il a invoqué par erreur, et avec lequel il se lie d’une amitié sans faille.
 
Mais l’apprentissage est rude et la concurrence mortelle : seuls les élèves les plus talentueux deviendront mages-guerriers et dirigeront les armées d’Hominum afin de défendre les frontières sud du pays, où les Orques tentent de faire basculer l’Empire dans le chaos…"

28 juin 2016

Mathieu Hidalf (5 tomes), de Christophe Mauri

mathieu-hidalfEt de trois!

Après mes deux grands, après plusieurs enfants autour de nous, c'est au tour de ma pitchoune de valider cette excellentissime série qui les fait tous hurler de rire... et dévorer des pavés puisque le tome 5 fait quand même 512 pages!

Humour, aventures, amitié, magie sont au rendez-vous de cette série qui peut donc être lue dès 8 ans (pour un bon lecteur, mais le tome 1 est petit)

"Mathieu Hidalf, 10 ans seulement, est déjà un trouble-fête de légende. Chaque année, il s'ingénie à gâcher la plus grande célébration du royaume : l'anniversaire du roi. Mais cette fois, la plaisanterie risque de tourner au drame. Les redoutables frères Estaffes ont rompu un serment magique et menacent de tuer le souverain. C'en est trop pour Mathieu : il ne laissera personne prendre sa place d'expert en sabotage !"

21 juin 2016

Les épées de glace, 2 tomes, d'Olivier Gay

epees-glaceJ'essaie encore de me remettre de cette lecture qui m'a emportée dans un tourbillon d'aventures aux côtés de personnages inoubliables!

C'est toujours difficile de terminer un livre d'Olivier Gay parce qu'on a l'impression de devoir quitter des amis. On s'attache aux personnages, même lorsqu'ils sont aussi "spéciaux" (dingues? sanguinaires?) que Rekk le boucher.

Dans Les épées de glace, rien n'est jamais comme vous vous y attendez : lorsqu'un personnage commence à évoluer vers de "l'attendu", il se passe toujours quelque chose pour vous surprendre!

Quant à l'histoire, même si elle se passe dans un monde médiéval assez classique de fantasy (sans la magie et les elfes), maintenant que j'ai terminé, je dirais qu'il s'agit plutôt d'un polar. Parce que finalement, tout au long du livre, on se demande qui a tué Deria? Impossible de lâcher le livre, on veut savoir comment ça va finir et qui est le coupable!

Et au final, la fin (arrrrrrrrg, la fin!!! mais je ne peux pas en dire plus!) m'a quand même bien étonnée!

Coup de coeur pour Mahlin, Shani et surtout Rekk!J'ai hâte de lire le prochain roman qui se déroulera dans ce monde.

Plutôt à partir de 15-16 ans et pour adultes.

*********************

"— Je ne suis pas sûr qu’un homme seul fasse la différence.

— On m’a déjà donné de nombreux noms. Le Faiseur de veuves. L’Épée de glace. Le Danseur Rouge. Je suis Rekk. Le Boucher. Je fais toujours la différence.

Lorsque Deria, fille d’un obscur baron du Nord, est retrouvée assassinée dans la capitale, les plus puissants de l’Empire font tout pour cacher sa mort à son père.

Les deux amis les plus proches de la jeune fille, Shani, sa servante, et Mahlin, un garde du palais, se retrouvent alors mêlés malgré eux à cette conspiration. N’écoutant que leur cœur, ils décident de se rendre dans le Nord annoncer eux-mêmes la nouvelle au mystérieux baron.

Ils n’auraient sans doute jamais entrepris un tel voyage, s’ils avaient su qui était réellement le père de Deria.

Car, désormais, l’Empire va trembler."

 

 

17 juin 2016

Les épées de glace, tome 1, d'Olivier Gay

epees-glace-t1Après l'excellentissime série jeunesse Le noir est ma couleur, le jubilatoire policier Les talons hauts rapprochent les filles du ciel (je suis fan de Fitz !), j'ai continué mes lectures des romans d'Olivier Gay en passant cette fois-ci en fantasy.

Les épées de glace sont la réédition (en deux tomes ou en intégrale) de deux tomes publiés sous les titres Le boucher (tome 1) et La servante (tome 2).

Il s'agit de fantasy puisque les événements se déroulent dans un monde imaginaire avec un côté "médiéval", mais vous n'y trouverez ni elfes, ni nains, ni magie. Par contre, vous y rencontrerez des personnages ordinaires ou moins ordinaires qui vous feront vivre des aventures extraordinaires!

Pas de pouvoirs, pas de héros sans peurs et sans reproches mais des personnages que l'auteur réussit à rendre vivants, attachants, agaçants... Et inquiétants aussi! On découvre avec eux le monde qui les entoure, les embrouilles dans lesquelles ils se retrouvent plongés et leurs aventures. On les voit également "grandir" et changer.

Comme l'excellentissime trilogie de Gabriel Katz, Le puits des mémoires, Les épées de glace forment une épopée passionnante, centrée sur des personnages inoubliables, avec une intrigue bien plus complexe que ce qui n'apparaît au premier abord.

Impossible de ne pas enchainer avec le tome 2.

Plutôt pour grands ados et adultes.

"— Je ne suis pas sûr qu’un homme seul fasse la différence.

— On m’a déjà donné de nombreux noms. Le Faiseur de veuves. L’Épée de glace. Le Danseur Rouge. Je suis Rekk. Le Boucher. Je fais toujours la différence.

Lorsque Deria, fille d’un obscur baron du Nord, est retrouvée assassinée dans la capitale, les plus puissants de l’Empire font tout pour cacher sa mort à son père.

Les deux amis les plus proches de la jeune fille, Shani, sa servante, et Mahlin, un garde du palais, se retrouvent alors mêlés malgré eux à cette conspiration. N’écoutant que leur cœur, ils décident de se rendre dans le Nord annoncer eux-mêmes la nouvelle au mystérieux baron.

Ils n’auraient sans doute jamais entrepris un tel voyage, s’ils avaient su qui était réellement le père de Deria.

Car, désormais, l’Empire va trembler."

14 mai 2016

Le septieme guerrier-mage, de Paul Beorn

7e guerrier mage

Je vous avais parlé de 14-14 du même auteur (excellentissime) ainsi que d'Un ogre en cavale, que j'avais vraiment trouvé très sympa. Je me suis donc lancée dans la lecture d'un autre livre de Paul Beorn, mais cette fois, en fantasy adulte (et en un seul tome, ce qui est plutôt rare dans ce genre littéraire où les sagas dépassent fréquemment les 3, voire 5 tomes)!

Le septième guerrier-mage, c'est donc un seul tome (mais quand même 528 pages!), passionnant du début à la fin!

L'histoire nous plonge dans de la fantasy classique, dans un monde où les elfes ont disparu mais leur souvenir est adoré sous la forme de 7 saints. Pas de nains ou autres races classiques de l'héroïc fantasy, juste différents peuples humains qui se détestent et se font la guerre...

La magie est présente mais elle est finalement secondaire dans l'histoire qui est centrée sur Jal, un personnage au premier abord pas très sympathique mais auquel on s'attache très vite. J'ai beaucoup aimé Rikken également!

L'action est très présente, avec une alternance entre ce qui se passe dans la vallée et les souvenirs de Jal qui resurgissent régulièrement. Même si tout au long du livre, le déroulement est assez convenu, la fin m'a surprise, les rebondissements étaient bien trouvés!

Mais c'est surtout le personnage de Jal qui m'a plu, l'écriture de l'auteur le rend totalement réel, j'ai eu l'impression de l'avoir rencontré "en vrai" et d'avoir été dans la vallée tout au long de l'histoire.

Vraiment un très bon moment de fantasy, qui m'a fait songer aux romans de Gabriel Katz (j'avais adoré le Puits des mémoires!)

Pour grands ados et adultes.

"J’ai pillé, brûlé, tué. Puis j’ai déserté l’armée la plus puissante du monde. Je voulais être libre, vivre la belle vie loin de cette foutue guerre... Mais voilà que je dois défendre un village de paysans contre cette même armée dont je portais les couleurs. Des milliers de soldats sont en marche.

Former des combattants, monter des fortifications, trouver des armes... Ces culs-terreux croient dur comme fer que je porte le pouvoir d’un Guerrier-Mage. Moi, je ne donne pas cher de nos peaux. Mais il y a au moins une personne dans cette vallée que je ne pourrai jamais abandonner, alors j’irai jusqu’au bout.

Mon nom, c’est moi qui l’ai choisi : je suis Jal, celui-qui-ose."