01 juin 2017

Les falsificateurs, d'Antoine Bello : excellent!

falsificateurs-1

J'avais aimé Ada, d'Antoine Bello, même si j'avais parfois trouvé le rythme un peu lent. Je m'attendais un peu à la même chose avec Les falsificateurs, qu'il a écrit avant Ada, mais pas du tout!

Dès les premières lignes, j'ai été happée par l'histoire avec cette impression d'être aux côtés de Sliv lorsqu'il fait ses choix, travaille, s'interroge. Sliv est un personnage intéressant : jeune, brillant, joueur, qui a décidé de faire passer sa carrière avant sa vie personnelle. Au fil du livre, on entre bien dans sa tête, on comprend son fonctionnement mais on n'est pas dans l'humain ou le sentiment, davantage dans l'intellect.

C'est vraiment ce qui m'a plu dans ce tome 1 : ce n'est pas un coup de coeur mais un "coup d'esprit" : je n'ai pas "craqué" sur les personnages mais sur le concept, sur les récits des falsifications, sur le côté historique "revu" par l'organisation. J'ai trouvé l'ensemble vraiment fascinant !

Un livre bien écrit, passionnant, extrêmement intelligent et que l'on repose en se demandant, comme pour Ada, quel est la part du roman et celle de la réalité...

J'ai hâte de lire les deux autres tomes!

Rien n'empêche un ado de lire la trilogie, il n'y a rien qui puisse réellement choquer dedans, mais la complexité de l'histoire et les nombreuses références historiques risquent de le décourager.

"C'est l'histoire d'une organisation secrète internationale, le CFR (Consortium de Falsification du réel) qui falsifie la réalité mais dont personne ne connaît les motivations. C'est l'histoire de quelques une des plus grandes supercheries de notre époque. C'est l'histoire d'un jeune homme, embauché par le CFR, qui veut comprendre pourquoi et pour qui il travaille. C'est l'histoire d'une bande d'amis qui veulent réussir leur vie, sans trop savoir ce que cela veut dire. C'est, d'une certaine façon, l'histoire de notre siècle."