17 juin 2017

Soul Breakers, de Christophe Lambert

soul breakers

Soul Breakers se démarque des lectures jeunesse par son contexte puisqu'il permet de découvrir les Etats-Unis en pleine récession en 1936. L'auteur nous entraîne sur les routes aux côtés de Teddy, 15 ans, dans une ambiance assez sombre mélangeant réalité et magie noire.

Malgré un sujet intéressant et original, je n'ai pas réussi à entrer dans le roman. J'ai avancé page après page sans peine ni ennui mais je n'avais pas plus envie que ça de reprendre le roman entre deux séances de lecture.

Peut-être n'était-ce pas le bon moment pour moi mais j'ai aussi du mal à déterminer le public visé : jeunesse? le livre manque un peu de rythme par rapport aux presques 600 pages... Adulte? le thème ne s'y prête pas...

Bref, essayez-le et faites-vous votre idée :-)

"USA, 1936. Des milliers d'Américains victimes de la Grande Dépression sont jetés sur les routes. Parmi eux, Teddy Gentliz, 15 ans, voyage vers la Californie avec son père et sa petite soeur Amy dans l'espoir d'une vie meilleure. En Arizona, la famille croise un étrange groupe de forains et son charismatique chef : Sirius Huntington. Après avoir assisté à leur spectacle, Amy est soudainement frappée par un mal mystérieux... Persuadé que les forains ont volé l'âme de sa soeur, Teddy se lance à leur poursuite à travers les Etats-Unis. Sur son chemin, entre dangers, amitiés, amour et magie, l'adolescent va faire l'apprentissage intense du monde. Et de lui-même."


21 mai 2017

Instinct, tome 1, de Vincent Villeminot

instinct-1

J'ai ouvert ce livre par hasard à la bibliothèque. La couverture ne m'attirait pas mais j'avais déjà lu Les pluies et Le copain de la fille du tueur, du même auteur, alors j'ai commencé la première page, pour passer le temps.

Mais la magie de l'écriture de Vincent Villeminot a encore agi puisqu'en fin de journée, j'avais terminé le livre, happée dans l'univers de Tim et des autres!

L'ambiance est assez sombre, liée à la fois à l'accident par lequel commence l'histoire mais aussi aux doutes de Tim et à la clinique mystérieuse où il se réfugie. En revanche, les personnages secondaires apportent un peu d'humour, en particulier Shariff, excellentissime!

Malgré tout, cela reste une histoire assez sombre mais extrêmement prenante. Comme Le copain de la fille du tueur, le scénario est assez simple, avec des liens entre les personnages qui se créent très (trop?) vite, mais l'écriture de l'auteur rend l'histoire totalement addictive.

C'est une trilogie mais le tome 1 se termine et pourrait presque constituer un one-shot.

Un livre à conseiller à partir de 12-13 ans.

"Tim ne garde qu'un souvenir troublant de l'accident qui a tué sa famille. Quand il a repris conscience, il était un grizzli, avide de chasse et de sang.
A-t-il rêvé ? Est-il fou ?
Ce n'est pas l'avis du professeur McIntyre, psychiatre singulier, qui l'emmène dans son institut de recherche. Il y rencontre d'autres initiés, tous sujets à des métamorphoses animales. Tim fait la connaissance de Shariff et surtout de Flora, une jeune fille séduisante et insaisissable..."

08 mai 2017

Magie ex libris, t1, le Bibliomancien, de Jim C. Hines

magie ex libris

C'est avec beaucoup d'à priori positifs que j'ai abordé ce livre : d'abord parce que j'ai adoré la série de l'auteur Princesses mais pas trop, ensuite, parce que l'idée de base du livre me plaisait beaucoup.

Au final, j'avoue, j'ai abandonné au milieu du livre... L'idée est pourtant excellente : dans notre monde, il existe des êtres magiques (classique) dont les bibliomancien : leur magie leur permet de tirer des objets ou êtres (pas trop gros) des livres. Un livre sur Star Wars et vous pourrez avoir votre sabre laser, un livre d'Alice au pays des merveilles et vous voilà en possession d'une potion permettant de rapetisser, les possibilités sont infinies!

Mais malgré cela, je n'ai pas accroché. Le héros est intéressant mais l'histoire est poussive, confuse, on ne comprend pas trop où on va... Ou alors c'est que ce n'était pas vraiment le bon moment pour moi.

Bref, je ne déconseille pas, et si vous le lisez et que vous avez aimé, revenez me le dire, je retenterai!

Pour grands ados et adultes.

"Isaac Vainio est un bibliomancien. Membre de Die Zwelf Portenaere, les Douze Gardiens des Portes, une organisation secrète fondée par Johannes Gutenberg, il dispose d'une magie très particulière : il peut puiser à volonté dans les livres et en tirer n'importe quel objet du récit. Et Isaac, en vrai fan de science-fiction et de fantasy, préfère par-dessus tout utiliser des pistolets laser, des ceintures-bouclier de Dune et des sabres laser de Star Wars quand les Gardiens l'envoient sur le terrain combattre les menaces magiques qui guettent la Terre. Sauf que, deux ans plus tôt, manquant perdre la raison et la vie au cours d'une mission qui a mal tourné, Isaac a été mis au placard. Réduit au rang de simple catalogueur, il ne conserve de son ancienne vie d'agent de terrain que Titache, sa fidèle araignée-flamme, qui a la particularité de prendre feu en présence d'un danger. Son existence rangée bascule le jour où trois vampires débarquent dans sa bibliothèque pour le tuer. Les Gardiens auraient déclaré la guerre aux morts-vivants..."

16 février 2017

Endgame, tome 2 : La clé du ciel, de James Frey

endgame-t2

Je suis sortie un brin mitigée de la lecture de ce tome 2. Toujours addictif, toujours explosif, mais justement, un peu "que" ça.
Le tome 1 nous faisait découvrir Endgame, le principe et les joueurs.
Dans le tome 2, c'est un enchainement de poursuites, de combats, de membres coupés et de trucs qui sautent.
Un mélange de chasse au trésor et de course contre la montre, mais vraiment plus grand chose d'humain... Si on rajoute le nombre de morts, je trouve que la lecture est quand même assez dure, je ne suis pas certaine de lire le tome 3.

A partir de 13 ans.

09 février 2017

Le jardin des épitaphes, t1, de Taï-Marc Le-Thanh

jardin-des-epitaphes

J'avais découvert le début de ce roman par un extrait numérique. J'avais trouvé les premiers chapitres excellents, mais le livre n'existant pas en ebook, j'avais attendu... J'ai fini par le recevoir en livre papier, et il faut reconnaître qu'en plus d'être un excellentissime roman, c'est un bel objet!

Autant vous le dire tout de suite, j'ai eu un énorme coup de coeur! Tout au long des pages, c'est un plaisir de chaque instant : c'est magnifiquement écrit avec des personnages mystérieux, attachants, originaux, des aventures plus surprenantes les unes que les autres, de l'humour et même, de la philosophie.

L'histoire semble être classique : fin du monde, des survivants, un monde dévasté, mais elle se révèle bien plus complexe que cela. Mais Le jardin des épitaphes, c'est avant tout une aventure poétique autour de l'amour que porte un grand frère à son petit frère et à sa petite soeur.

Passionnant et magnifique!

A partir de 11-12 ans jusqu'à 111-112 ans. Ou plus.

"Suite à une série de catastrophes, appelées « épitaphes », le monde se retrouve plongé dans le chaos. Un ado, doté de super pouvoirs mais qui émerge de deux années d’amnésie, retrouve son petit frère et sa petite soeur cachés à Paris. Ensemble, ils font route vers le Portugal, seul endroit où ils pourront prendre la mer afin de rejoindre leurs parents à San Francisco. Mais leur chemin sera semé d’embûches et de grands dangers. Il leur faudra affronter les conséquences d’un monde dévasté, abritant désormais des zombies, des machines tueuses, des hommes fous, des mutants, et peut-être bien pire encore...

Rock et castagne sont au programme de ce roman post-apocalyptique. Un road-trip d'une grande intensité qui ne néglige ni l'humour ni la tendresse !"

 


26 janvier 2017

La main de l'empereur, tome 1, d'Olivier Gay

main-empereur

La main de l'empereur est un préquel des Epées de glace, diptyque que j'avais adoré! C'est peut-être pour ça qu'après avoir attendu impatiemment la sortie de La main de l'empereur, j'ai mis deux mois à ouvrir la première page, malgré une couverture superbe qui me tendait les bras. Peur d'être déçue?

Je vous rassure de suite, La main de l'empereur est largement à la hauteur des épées de glace : personnages charismatiques, combats, massacres et humour sont au rendez-vous!

Je suppose qu'en commençant par La main de l'empereur, le ressenti est différent mais pour moi, qui connaissais déjà Rekk, quel plaisir de le découvrir jeune (même si la vie n'est pas tendre avec lui !) mais également, de retrouver Dareen, Mando et de découvrir Bisha.

Ils sont jeunes, encore plein d'illusions (non, en fait, à part Rekk au début, et encore...) et on ne peut s'empêcher de mettre en parallèle les mêmes dans les Epées de glace une vingtaine d'année plus tard.

J'ai dévoré ce tome 1, c'est vivant, bien écrit, passionnant, bref, j'ai adoré! Mais je crois que je conseillerais finalement aux lecteurs de commencer par La main de l'empereur et de lire ensuite les Epées de glace. En commençant par Les épées de glace et en lisant ensuite La main de l'empereur, on saisit toutes les allusions, toute l'ironie de certaines situations mais l'ombre du futur plane toujours sur La main de l'empereur... La découverte est peut-être meilleure dans l'ordre chronologique.

En tous cas, dans l'ordre ou dans le désordre, jetez-vous dessus, c'est excellentissime!

Pour grands ados et adultes.

"Rekk n’a pas eu une enfance facile, et sa vie ne le sera pas non plus. Gladiateur puis soldat dans l’armée impériale, il se fait repérer par l’Empereur dans le bourbier des jungles Koushites. Il deviendra son instrument pour soumettre les barbares, puis son bras armé pour toutes les basses œuvres. Un homme haï, craint, dont la renommée ne cesse de grandir. Mais que se passe-t-il lorsque notre propre légende nous échappe ? Car si Rekk a toujours eu un vrai talent pour survivre, ses proches ne peuvent en dire autant…"

23 janvier 2017

Marquer les ombres, t1, de Veronica Roth

marquer-les-ombres

J'ai terminé Marquer les ombres hier soir et je reste sur une impression assez mitigée... 

Les personnages sont intéressants, l'histoire est vraiment centrée sur Arkos et Cyra, tout tourne autour d'eux. On apprend à les connaître, on les voit évoluer, mais j'ai un peu de mal à les trouver attachants.

L'univers créé fait penser à celui de Dune, un mélange de science fiction et d'héroïc fantasy, intéressant mais assez froid et finalement, peu développé dans ce tome 1. Le système des destins est original et joue un rôle important mais en même temps, cette impression que "tout est joué" est assez déstabilisante et enlève une partie de la personnalité des personnages.

Au final, malgré une écriture prenante qui fait qu'on avale les pages sans s'en rendre compte, je trouve que ce tome 1 aurait pu être bien plus court. Les actions restent assez limitée à l'exception du début, où tout démarre en fanfare de manière assez violente, et le dernier quart.

Dans les dernières pages, des révélations promettent un tome 2 probablement plus politique, peut-etre aussi un peu moins centré sur la relation entre Cyra et Arkos, mais je ne sais pas encore si je le lirai.

Bref, un tome 1 très introductif, trop long, qui m'a fait passer un bon moment mais sans réellement m'enthousiasmer. Difficile de succéder à Divergente...

A partir de 13-14 ans.

"Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un "don', un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui
gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.
Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s'aider – ou décider de se détruire."

03 janvier 2017

Les illusions de Sav Loar, de Manon Fargetton

illusions-sav-loar

Attention, risque d'addiction! Je le précise parce que même si "Les illusions de Sav Loar" est indépendant de "L'héritage des rois passeurs", il donne une furieuse envie de se replonger dedans!

Dès les premières pages, le lecteur est immergé dans la réalité du monde cruel d'Ombre et des royaumes voisins.  On est ému par Bleue, à peine 13 ans, victime de la puissance des hommes mais c'est Fel, magnifique, insolente, égoïste, qui rayonne à travers les premiers chapitres. Peu à peu, on s'attache également à leurs compagnons, et l'on découvre ce qui se cache derrière les apparences...

L'écriture fluide et élégante de Manon Fargetton nous fait vivre leurs aventures "comme si on y était" et nous tient en haleine jusqu'à la dernière page d'un roman conséquent de plus de 600 pages (on ne dira plus que c'est trop court ;-) )

Mais Les illusions de Sav Loar, c'est davantage que les aventures de Fel et Bleue : c'est une fresque complexe sur une dizaine d'année qui nous fait découvrir les arcanes du royaume d'Ombre, du clos, cette guilde de magiciens qui dénie aux femmes le droit d'accéder à la magie, et l'ambiguité de Sav Loar, refuge des magiciennes où le statut des hommes est bien incertain...

On retrouve brièvement l'histoire et les personnages de L'héritage des rois passeurs, mais Les illusions de Sav Loar englobent Ombre dans sa totalité, mettant en évidence les différentes forces qui s'y affrontent, forces incarnées par des personnages fragiles, humains face à leurs doutes, des personnages qui évoluent et qui, face à l'absurdité des lois de leurs mondes, devront faire leurs propres choix.

Grandiose!

Pour adultes et grands ados.

"Dans le royaume d’Ombre, les femmes qui possèdent le don sont persécutées par le Clos, ordre religieux patriarcal qui voit en elles une menace. C’est dans la cité devenue légendaire de Sav-Loar, protégée par une série de sorts et d’illusions au cœur de la forêt des Songes, que se réfugient ces femmes depuis des décennies. Lorsqu’à l’adolescence, Bleue découvre ses puissants pouvoirs, elle s’allie à un groupe d’esclaves pourchassés par des hommes du Clos pour rejoindre la ville des magiciennes bannies. Au cours de ce périple dangereux, elle croisera Fèl, une beauté manipulatrice et éprise de liberté, et Til’Enarion, un redoutable membre du Clos qui traque les jeunes magiciennes pour les éliminer… Les prémices d’une guerre impitoyable se profilent entre les magiciennes et le Clos. De quel côté se rangeront Bleue, Fèl, Til’Enarion et leurs compagnons dans ce conflit ? Un mythe pourra-t-il renverser l’ordre établi ?"

07 décembre 2016

Edencity, t1, Bienvenue en Enfer, de Naïma Murail-Zimmermann

edencity-t1

J'ai trouvé ce livre très prometteur avant de le commencer, je l'ai trouvé très prometteur pendant ma lecture, et au final, une fois fini, j'attends toujours que le côté prometteur se concrétise.

L'histoire est bien écrite, le lecteur se retrouve immergé dans un environnement sombre, une ville où se mèlent différentes sortes de créatures, réunies sous le terme de corbusards par les humains. La plupart des humains ne les voient pas et une police spéciale fait régler l'ordre. On découvre la ville et son organisation par les yeux de Saralyn, mystérieuse jeune femme devenue une des spécialistes après une formation dans un endroit qui semble légendaire même aux autres spécialistes. Saralyn n'a plus de souvenirs de sa formation, a de nombreux trous dans son passé et beaucoup de mystères dans son présent.

Du prometteur, donc, sauf que finalement, j'ai eu l'impression d'attendre que cela démarre vraiment d'un bout à l'autre du roman, et la sensation de malaise inspirée par l'ambiance m'a beaucoup freinée aussi. Une sensation de lenteur, d'attente, de noirceur, qui fait que malgré des qualités certaines, je ne suis pas tentée par la suite.

A partir de 12-13 ans.

" Regardez autour de vous : tous ces passants, dans les rues d'Edencity ; ils vous paraissent tous humains. Détrompez-vous : tous ne le sont pas. Les non-humains, ceux qu'on nomme corbusards, sont là, près de nous, autour de nous, au milieu de nous. Ils ne sont pas des nôtres, ils doivent être éliminés. Vous chasserez sans relâche ces assoiffés de sang, jusqu'à ce que leur souvenir même se soit effacé de votre mémoire. C'est votre mission, votre survie. "
Alétéia (I, 1)
Elle s'appelle Saralyn, Saralyn Fara. Elle vient de passer deux ans loin d'Edencity, dans les Terres d'oubli. Deux ans d'entraînement où elle a appris à combattre les Corbusards. Aujourd'hui elle est prête. Prête à retourner à Edencity. Prête à retourner en enfer. Prête à faire face à son destin...

11 octobre 2016

La part des ombres, tome 1, de Gabriel Katz

la part des ombres-t1Fan absolue de la trilogie Le Puits des mémoires, du même auteur, j'attendais avec impatience ce nouveau roman qui reprend un personnage du puits des mémoire, un de La maîtresse de guerre, et un de Aeternia.

Les trois personnages principaux font la force du roman : Olen, le beau gosse qui ne sait pas résister aux femmes, le Danseur (personnage que j'avais beaucoup  aimé dans Aeternia), insolent, joueur et cynique, et Kaelyn, la maîtresse de guerre, organisée, forte dans un monde d'hommes.

Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les autres romans pour apprécier La part des ombres, même si ça titille un peu lorsque l'on ne connaît pas leur passé (je n'ai pas lu le tome 2 d'Aeternia, et ma lecture du Puits des mémoires et de la maîtresse de guerre est loin...).

La part des ombres se reconnaît comme du Gabriel Katz les yeux fermés (ce qui ne simplifie pas la lecture, j'avoue ;-) ) : un début fracassant, des personnages principaux avec de l'humour, d'autres personnages que l'on a envie de claquer, une intrigue qui se met en place peu à peu tout en se compliquant au fur et à mesure.

Passionnant du début à la fin, ce tome 1 reste quand même un peu "introductif", on sent que la suite sera encore meilleure... Surtout après avoir terminé les dernières lignes qui donnent envie de se jeter sur le tome 2, tout en laissant pas mal de mystère sur les orientations qui vont être données à l'histoire.

De la fantasy "réaliste" pour grands ados et adultes.

Pourquoi fantasy réaliste ? parce que comme Les épées de glace, d'Olivier Gay, ou dans une moindre mesure, Le porteur de mort, d'Angel Arekin, les romans se déroulent dans un monde d'héroïc fantasy, mais sans (ou très peu) le côté magie, les elfes et autres peuples typiques de ce style littéraire. Et à ma connaissance, il n'y a pas de nom approprié.

"La Goranie était jadis une terre de conquérants, elle n'est plus aujourd'hui qu'un pays occupé, avec à sa tête un roi fantoche. Dix ans déjà que les Traceurs, peuple guerrier descendu des montagnes pour " pacifier " le pays, règnent en maîtres sur le royaume. Discipline, terreur, corruption, tout semble fonctionner sans le moindre accroc jusqu'au jour où tout bascule. Une noce qui tourne au drame, un massacre tenu secret... et un homme qui se dit revenu d'entre les morts, pour lever le peuple contre l'occupant. On l'appelle le Fantôme, et pour animer la lame de fond qui renversera le régime, il a besoin de combattants – des mercenaires de haut niveau, capables d'encadrer, de former, et d'affronter les terribles guerriers de la Trace. C'est ainsi qu'entrent en scène trois personnages venus des quatre coins du monde (et surtout des autres séries de Gabriel Katz) : une maîtresse de guerre, un gladiateur de haute volée et... un beau gosse qui ne sait pas très bien comment il s'est fait entraîner là-dedans."