16 juillet 2017

Forget tomorrow, de Pintip Dunn

forget tomorrow

Encore une dystopie qui avait beaucoup fait parler d'elle lorsqu'elle est sortie début 2016. Ne sachant trop quoi lire, j'ai tenté, et encore une fois, je ne suis pas passée loin du coup de coeur!

Je trouve excellent le concept de base : dans la société décrite, à 17 ans, chacun reçoit un "souvenir du futur" qui va le guider pour la suite. Autant dire que le libre arbitre est assez limité... Le roman pose donc la question du choix de chacun, peut-on échapper à son destin lorsque celui-ci est atroce?

Les personnages, peu nombreux, sont attachants : Callie, 17 ans, dont le souvenir va remettre en cause tout ce qu'elle imaginait de son avenir, sa petite soeur Jessa et Logan, l'ami d'enfance qui s'est éloigné d'elle d'un coup 5 ans auparavant et qui revient dans sa vie.

L'univers est peu décrit : une société qui ne semble pas si lointaine de la notre, un peu plus technologique, mais surtout, une société  déterminée par le souvenir reçu à 17 ans, système en place cependant depuis une ou deux décennies, pas plus. 

Dès le début, on est entraîné par l'histoire, et peu à peu, on découvre une intrigue qui se complexifie et qui ouvre beaucoup de possibilités.

J'ai trouvé le côté "histoire d'amour" un peu trop présent mais cela ne m'a pas empêché de dévorer le livre jusqu'à la fin ! une fin inoubliable qui donne juste envie de se jeter sur le tome 2.

A partir de 11 ans.

Comment changer son destin, s'il est déjà écrit ? Imaginez un monde où votre avenir a déjà été fixé... par votre futur moi !

"Callie vient d'avoir dix-sept ans et, comme tous ses camarades de classe, attend avec impatience le précieux " souvenir ", envoyé par son moi futur, qui l'aidera à se glisser dans la peau de la femme qu'elle est destinée à devenir. Athlète de haut niveau... Scientifique de renom... Politique de premier plan... Ou, dans le cas de Callie, tueuse."

 


15 juillet 2017

Diabolic, de S.J. Kincaid

diabolic

Diabolic fait partie des sorties récentes en littérature young adult. Sa couverture m'avait "tapée dans l'oeil" et je me suis laissée tenter entre deux tomes de Ténébreuse.

Dès les premières pages, le lecteur est totalement pris par l'histoire de Nemesis. Il est projeté dans un monde futuriste où les humains vivent dans l'espace, maîtrisent une technologie très développée et créent des êtres artificiels pour les servir. Un monde assez classique, donc, finalement plus dystopique que sciences fiction car l'aspect "spatial" est plutôt un décor, il serait assez facile de le remplacer par une seule planète.

L'auteur développe une société complexe qui tourne autour de l'empereur, tyran absolu, et de sa cour, tandis que les excédents, les humains restés sur des planètes, doivent obéir.

Nemesis est un personnage intéressant, entièrement dévouée à sa maîtresse mais qui évolue au fur et à mesure de l'histoire. Prise dans la politique de l'Empire, elle n'a pas d'autres choix que de changer pour survivre! Si l'histoire de fond est assez rapidement prévisible, différents rebondissements apporte des surprises aux lecteurs et rendent cette lecture très addictive.

J'ai passé un excellent moment avec Diabolic!

A partir de 12 ans.

"Nemesis est une Diabolic, une adolescente humanoïde créée pour protéger la fille d'un sénateur, Sidonia. Elle vit sur l'une des planètes dominées par le tyrannique empereur Domitrian. Lorsque l'empereur apprend que le père de Sidonia fomente un complot, il convoque cette dernière à la cour pour en faire un otage. C'est Nemesis qui entreprend le voyage, sous l'identité de Sidonia. La voilà jetée dans la fosse aux lions : à la cour, chacun est prêt à toutes les manoeuvres et à toutes les trahisons pour gagner les faveurs de l'empereur."

 

 

11 juillet 2017

A pile ou face, de Samantha Bailly

a pile ou face

Encore un livre commencé presque par hasard à la bibliothèque de mon lieu de vacances. Presque, car la tranche m'a attirée : c'est la même que l'excellent roman Le suivant sur la liste, de Manon Fargetton. Logique puisqu'il s'agit de la collection thriller de Rageot.

Dès les premières pages, j'ai été prise par ma lecture grâce à une écriture très efficace. On suit le récit d'Emma, entrecoupé du récit de Claire. L'histoire commence comme une histoire de lycéenne avec le bac qui approche mais tourne rapidement au thriller.

Emma est un personnage intéressant que l'on a envie de suivre, et on ressent assez facilement son enthousiame puis ses doutes et son inquiétude.

J'ai vraiment apprécié ma lecture que je conseille sans hésiter aux ados à partir de 11 ans!

"Alors qu’Emma tente de se remettre de la mort de son frère aîné, Maxime, elle reçoit des mails posthumes de ce dernier, où il lui confie une application permettant de pratiquer la divination à partir du Livre des Mutations. Sceptique, Emma procède à des essais… concluants ! Simple coïncidence ou expression de son pouvoir à lire l’avenir ?
Un thriller psychologique sur l’ésotérisme, qui se joue des frontières entre raison et sciences occultes."

08 juillet 2017

La planète aux vents de folie, La Romance de Ténébreuse t1, de Marion Zimmer Bradley

planete folie

C'est parti pour une relecture de cette fabuleuse épopée qui se déroule sur plusieurs millénaires!

La planète aux vents de folie raconte le naufrage de colons spatiaux sur une planète inconnue, qui sera plus tard baptisée Ténébreuse. Le roman est centré sur quelques personnages, avec lesquel on découvre avec plaisir cette nouvelles planète, ses merveilles et ses dangers!

Le plaisir est d'autant plus grand quand on sait à quelle civilisation vont donner naissance ces colons naufragés...

La planète aux vents de folie se dévore assez rapidement, et s'il n'est pas le meilleur de la série, il est suffisamment captivant pour donner envie d'enchainer avec la suite!

La Romance de Ténébreuse, "classique" de la fantasy, entre dans cette catégorie spéciale de romans à la fois fantasy et science fiction, comme La balade de Pern. Deux séries parmi les meilleures!

Pour grands ados (à partir de 15 ans?) et adultes.

 

 

07 juillet 2017

Aurora, de Roxane Dambre : coup de coeur!

aurora

Après les excellentissimes Animae (4 tomes) et Scorpi (3 tomes), Roxane Dambre récidive avec Aurora, un one-shot. Le contenu est à la hauteur de la  magnifique couverture : j'ai adoré tout au long de ma lecture. Et quelle fin!

Comme dans ses romans précédents, Roxane Dambre nous entraîne dans les aventures d'une jeune femme que l'on ne peut qu'aimer : attachante, intelligente tout en gardant une part de naïveté, courageuse et pleine d'humour, c'est un plaisir de découvrir Aurore!

Mais la grande force des romans de l'auteur, ce sont les personnages "secondaires" : oncle Yann, Hariel et surtout As... Humour noir garanti! On s'y attache et c'est un déchirement de tous les quitter à la fin!

Avec un côté Da Vinci code, Aurora emporte le lecteur dans une aventure qui pourrait ébranler les fondements de l'Eglise catholique, à la recherche de la vérité! Le lecteur y trouvera le plaisir d'une aventure passionnante, de l'humour, des connaissances et un questionnement intelligent sur la foi que j'ai trouvé très intéressant.

Le seul défaut, finalement, c'est qu'il n'y ait qu'un seul tome...

A lire ABSOLUMENT, plutôt à destination des adultes mais qui peut être lu à partir de 12 ans.

"Tout s’annonçait pourtant bien, en cette rentrée à la Sorbonne. J’étais acceptée dans la prestigieuse Ecole Pratique des Hautes Etudes pour une thèse en langues sémitiques et hébraïques.
La promesse d’années d’études éclatantes, à moi les secrets des civilisations disparues ! Et puis...
Et puis Yann a débarqué dans ma vie. 50 ans, 1m80, yeux bleus, cheveux argent coupés ras, blouson de cuir, énorme moto.
Avec une histoire invraisemblable de parchemins vieux de plusieurs millénaires à traduire, pour lesquels il avait besoin de moi.
Parchemins qu’il aurait piqués dans les réserves secrètes du Vatican. Oui, parce qu'en plus il est prêtre!"


05 juillet 2017

Le projet Starpoint, t1 : La fille aux cheveux rouges, de Marie-Lorna Vaconsin

projet-starpoint

J'avais été attirée par la couverture originale de ce roman dont on a beaucoup parlé à sa sortie. J'ai donc saisi l'occasion de le lire... et j'ai abandonné en cours de route.

Le livre commençait bien : un personnage principal fils de prof de maths et appelé Pythagore, une meilleure amie, une nouvelle mystérieuse... Mais je n'ai pas accroché avec l'ensemble. Pythagore m'a assez rapidement agacé à ne penser qu'aux filles, à ne pas dépasser le stade de l'ado débordant d'hormones. Le concept de passage dans un autre monde est intéressant mais je n'ai pas été conquise par le peu que j'ai lu de ce monde.

Bref, je me suis ennuyée jusqu'au moment où j'ai arrêté.

Je reprendrai peut-être car le livre a indéniablement des qualités, mais pas pour l'instant.

 

01 juillet 2017

Maresi, chroniques de l'abbaye écarlate, de Maria Turtschaninoff

maresi

Pour une fois, ce n'est pas la couverture qui m'a attirée, j'avoue ne pas aimer du tout!

En revanche, l'écriture, agréable, fluide et efficace, nous entraîne vite dans l'histoire aux côtés de la jeune Maresi. Dès le début, on apprend qu'il s'est passé "quelque chose", et tout au long du récit, on sent la tension monter peu à peu. L'auteur, par l'intermédiaire de Marési, nous fait découvrir l'abbaye et son organisation. On entre dans un monde extrêmement bien imaginé, où les jeunes filles peuvent grandir en liberté, être éduquées et bien traitées. On apprend peu à peu que la situation est bien différente à l'extérieur...

Maresi est attachante : impulsive, spontanée, curieuse de tout, elle entraine le lecteur à sa suite à la découverte des autres mais je n'ai pas l'impression d'avoir été "dans sa tête" comme avec d'autres romans.

L'histoire se lit bien, et même si le scénario n'a que peu de suspense, c'est un livre agréable que l'on a envie de lire jusqu'au bout, avec une fin assez intense. Une belle histoire à laquelle il m'a cependant manqué quelque chose.

A partir de 12-13 ans.

"Maresi vit à l'Abbaye Ecarlate, sur une île quasi invisible depuis la mer et qui sert de refuge aux femmes depuis des décennies. Là, elles peuvent s'instruire, grandir et s'épanouir loin de la brutalité du monde et, parfois, de la fureur des hommes. Cette terre d'asile, cette terre de femmes, est placée sous la protection de la Déesse, la Mère Originelle, et les hommes ont interdiction d'y poser le pied. Mais un jour, une nouvelle fille vient demander l'asile. Qui est-elle ? Et qui la poursuit ?"

30 juin 2017

Izana, la voleuse de visages, de Daruma Matsuura

izana

Izana fait partie des dernières parutions très prometteuses, j'étais ravie d'avoir l'occasion de le lire et je n'ai même pas réussi à aller jusqu'au bout...

Passé le tout début, le récit est lent, poussif, et il faut attendre plus de la moitié du livre avant qu'il ne se passe enfin quelque chose. Je n'ai pas adhéré au personnage principal, et les changements de narration inattendus perturbent encore davantage le récit, il faut à chaque fois quelques lignes avant de comprendre qui parle.

Bref, même si l'histoire promettait, je me suis ennuyée jusqu'au 3/4, lorsque j'ai abandonné, et je n'ai accroché ni aux personnages, ni à l'histoire.

"Et si vous pouviez prendre l'apparence de n'importe qui ? Dans le monde d'Izana, il y a le dedans et le dehors. Le dehors, c'est tout ce qui s'étend au-delà des murs de la maison : le soleil, les arbres, les autres... tout ce qu'elle n'a jamais vu autrement que dans ses livres ou à travers les carreaux. Car depuis sa naissance, elle vit recluse, bien à l'abri entre quatre murs. Un jour, poussée par la curiosité, la jeune fille décide de braver l'interdit et de s'aventurer à l'extérieur. Bien mal lui en prend – elle comprend que son visage est si effroyable qu'il ne peut être montré au grand jour."

 

27 juin 2017

Power Club, tome 2, Ondes de choc, d'Alain Gagnol

power club-2

Après un véritable coup de coeur pour le tome 1, vais-je oser dire que finalement, le tome 2 est encore mieux? En tous cas, il est au moins aussi bon, avec peut-être davantage de suspense, des moments plus noirs mais toujours de l'humour et des scènes d'anthologie !

Vraiment excellent, toujours à partir de 10-11 ans jusqu'à 110-111 ans, parce qu'il n'y a pas de raison.

Vivement le tome 3!

 

26 juin 2017

Power Club, L'apprentissage, d'Alain Gagnol... coup de coeur!

power club-1

Ma fille a lu Power Club avant moi et me l'avait fortement conseillé! J'ai mis un peu de temps à me lancer mais je confirme : il est vraiment excellent!

On y retrouve finalement les mêmes thèmes que dans Phobos, l'espace en moins, l'humour en plus : Anna devient une superhéroïne connue mondialement, son image ne lui appartient plus, les sponsors se l'arrachent, elle n'a plus de vie privée... mais à 17 ans, est-on prêt à tout sacrifier pour la célébrité?

Une bonne réflexion sur le recul à avoir vis-à-vis des célébrités lorsque l'on est fan, le rapport au groupe, la responsabilité lorsque l'on a des pouvoirs, le tout servi par une écriture efficace, pleine d'humour, qui nous présente des personnages que l'on ne peut qu'aimer. Anna est à la fois naïve comme on peut l'être à 17 ans tout en étant intelligente et sûre d'elle, elle aime ses pouvoirs mais veut en même temps rester comme avant et attache une énorme importance à son amitié avec Lisa. Lisa est également un personnage très attachant, assez déjantée, qui entraîne Anna dans les problèmes depuis leu enfance, mais qui apporte un grain de folie à la vie d'Anna, parfois trop raisonnable.

J'ai vraiment adoré ma lecture, l'histoire comme les personnages, je recommande à partir de 11 ans mais autant pour les ados que pour les adultes qui ont envie de passer un bon moment!

Il s'agit d'une trilogie mais les tomes se terminent sans laisser un suspense insoutenable.

"Anna n'est pas née sur Krypton, pourtant elle s'apprête à devenir une super-héroïne. Jeune et riche, elle répond aux critères du Power Club© ! Les termes du contrat sont les suivants : on lui inocule des boosters, une technologie de pointe qui la rend en quelques jours surhumaine, elle entre dans la légende aux côtés des huit super-héros déjà célèbres. En échange, elle se doit d'incarner le rêve absolu, de vendre son image aux médias, aux plus grandes marques."