25 avril 2017

Tenebris, les chevaliers de la Contre-Ombre, de Dave Rudden

tenebris-t1

La couverture m'a attirée lors de sa sortie en librairie mais j'ai hésité avant de l'acheter, par peur d'un énième "élu qui sauve le monde".

Finalement, j'ai trouvé ce tome 1 pas si mal mais plus sombre que ce à quoi je m'attendais.

Denizen a perdu ses parents et vit dans un orphelinat. Quelques mois après ses 13 ans, une tante inconnue l'invite chez elle et il découvre l'existence de Tenebris, un monde parallèle, et des chevaliers qui luttent contre les ombres qui passent sur terre.

Rien de bien original mais certains aspects font que le livre ne tombe pas dans la caricature :  Denizen est donc appelé à devenir un de ces chevaliers, mais il n'est pas "le sauveur", il est même plutît indécis sur le sujet, et maladroit dans son apprentissage.

Parallèlement à son histoire se déroule celle de Simon, son ami, resté à l'orphelinat. Et là aussi, l'histoire sort de l'ordinaire, avec une ambiance particulièrement angoissante...

Enfin, l'intrigue est plus complexe que simplement le choix de Denizen, ce qui apporte un peu d'épaisseur à l'histoire.

Malgré tout, si le livre se lit plutôt bien, cela reste assez léger comme scénario, malgré quelques surprises, et le livre est donc plutôt destiné à des enfants et ados qui apprécient les aventures dans une ambiance sombre et inquiétante.

Ce tome 1 se termine et peut donc être lu comme un tout.

A partir de 11 ans.

"Denizen, un jeune orphelin, n'a jamais cru en la magie ni au surnaturel. Mais, quand une créature terrifiante surgit sous ses yeux et qu'une épée faite de lumière repousse le monstre, il comprend que son destin vient de basculer. À tout jamais.
Denizen va découvrir qu'il existe un monde parallèle, où les ténèbres semblent vivantes et où l'attendent des ennemis bien plus effrayants que le pire de ses cauchemars..."


23 avril 2017

The effigies, tome 1, de Sarah Raughley

the effigiesThe Effigies est un roman "jeune adulte" fantastique qui se passe dans ce qui serait notre monde s'il avait vécu les mêmes événements : l'arrivée des spectres. Une partie des territoires est protégée de manière technologique et quatre femmes dotées des pouvoirs des quatre éléménts défendent le monde.

L'auteur évite cependant le côté caricatural en créant ces quatre personnages : elles sont caractérielles, révoltées, parfois désagréables, et dans le cas de Maia, le personnage principal, incapable d'utiliser son pouvoir.

On se rend compte très vite qu'il ne s'agit pas d'un énième roman sur des élues qui sauvent le monde, le thème porte davantage sur chaque personnalité et sur la mystérieuse secte qui encadre les Effigies. Beaucoup de secrets et de non dits, un ennemi qui s'ajoute aux spectres et un passé à explorer sont autant d'ingrédients qui font de ce tome 1 un roman plutôt original.

L'ambiance est également assez sombre, autant par le fait que le danger est permanent que par les doutes qui troublent l'esprit des Effigies et de Maïa en particulier.

Un livre prenant, au scénario complexe mais dans lequel je n'ai pas réussi à entrer totalement.

Plutôt pour ados à partir de 12 ans et adultes.

"Je m'appelle Maia Finley, j'ai seize ans et je suis la nouvelle Effigie. " Depuis quelques jours, Maia se répète ces mots en boucle, sans oser les prononcer à voix haute. Car à la minute où le monde l'apprendra, sa vie basculera. Elle deviendra une véritable célébrité, ses fans boiront la moindre de ses paroles... et son espérance de vie chutera drastiquement.

C'est que les Effigies, ces jeunes femmes dotées chacune d'un pouvoir unique lié aux quatre éléments, ne sont pas là par hasard : elles doivent protéger l'humanité des spectres – des créatures de cauchemar – mélange de chair pourrissante et de ténèbres, qui la terrorisent depuis maintenant près d'une centaine d'années. À la mort de chaque Effigie, ses capacités, ainsi que la somme de ses souvenirs, se transmettent à son héritière choisie au hasard quelque part sur la planète.

Alors, quand Manhattan subit une attaque sans précédent, Maia n'a d'autre choix que de descendre dans l'arène. Elle qui idolâtre les Effigies, comme autrefois sa sœur jumelle morte dans un incendie, va cependant tomber de haut : les trois jeunes filles ne veulent plus entendre parler les unes des autres. Pourtant le danger se rapproche, car un homme énigmatique, Saul, semble capable à la surprise générale de contrôler les spectres. Maia se retrouve aspirée dans une spirale infernale, au moment même où le feu qui couve en elle menace de la consumer tout entière !

Quatre filles, quatre pouvoirs : le dernier rempart contre les ténèbres ! Girl power, souvenirs résurgents et légendes anciennes, découvrez une course contre la montre épique qui couvre le monde entier... The Effigies marque le coup d'envoi d'une trilogie fantastique au rythme effréné !"

22 avril 2017

Pain d'épices aux oranges confites (au thermomix ou pas)

pain-epices

Pour ce délicieux pain d'épice, il vous faut

  • 250g de farine
  • 1 sachet de levure
  • 100g de sucre
  • 1cc de canelle (ou plus)
  • 100g d'oranges confites (ou de fruits confits divers si comme moi, vous n'avez plus d'oranges confites)
  • 1 oeuf
  • 10cl de lait
  • 120g de miel

Préchauffez votre fou à 170°C.

Mélangez dans le bol du thermomix ou dans un saladier tous les ingrédients sauf le lait et le miel.

Faites chauffer le lait et le miel. Une fois l'ensemble liquide, ajoutez le mélange farine etc hors du feu et mélangez bien.

Versez dans un moule à cake beurré et fariné et enfournez pour 30 mn.

 

21 avril 2017

Signez la pétition pour que la lecture publique reste gratuite!

lecture

La lecture à haute voix de livres, en totalité ou sous forme d‘extraits, est considérée comme une “représentation”, et tombe de facto sous le coup du “droit de représentation”. Jusque-là, ce droit était géré par une société d‘auteurs, la SACD, mais depuis le 1er janvier 2016, et sans que grand monde en ait été informé, la gestion du droit de lecture est passée dans l'escarcelle de la SCELF, une société d'éditeurs.

Or, celle-ci a décidé d'appliquer à la lettre le barème de la SACD : trente euros minimum, même sans billetterie ! Y compris pour les “heures du conte”, les associations de lecteurs bénévoles, ou les auteurs lisant leurs propres textes…

Autre problème, la SCELF utilise la base de données Électre, qui ne tient pas compte des contrats qui sont derrière les livres : droits de représentation cédés ou pas à l'éditeur ? Qui va faire le tri ? L'affaire est ubuesque et contre-productive !

Alors nous, auteurs, bibliothécaires, médiathécaires, lecteurs bénévoles, simples amateurs de lecture ou parents d'enfants à qui on lit des livres, avons décidé de dire NON

La pétition complète est ici

Posté par nemo_ à 21:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'omelette au sucre, de Jean-Philippe Arrou-Vignod (livre audio)

omelette-au-sucrePlus j'écoute de livres audios et plus je me demande comment j'ai pu vivre sans! Moi qui râlais parce que je n'arrivais pas à lire autant que souhaité, je fais d'une pierre deux coups : je rends mes trajets en voiture et mes séances de rangement attrayantes et j'écoute des livres que je n'aurais pas forcément lus sinon.

Durant les trajets des vacances, outre Ewilan que j'ai déjà chroniqué (vivement le t2 en juin), nous avons écouté L'omette au sucre et Le camembert volant. Je connaissais l'auteur puisqu'il a écrit Enquête au collège mais pas du tout cette série des "Jean quelque chose".

Dès les premières notes et paroles, c'est un pur moment de bonheur, apprécié chez nous de 9 à 46 ans.

On découvre la vie quotidienne d'une famille en 1967, composée d'un père médecin, une maman au foyer et 5 enfants. Le père ayant une mémoire parfois défectueuse, les enfants s'appellent Jean-A, l'aîné, Jean-B, celui qui raconte, Jean-C, Jean-D et Jean-E. Pas de côté historique du tout mais une époque qui n'est pas tout à fait la notre : Jean-A rêve d'avoir la télé comme son meilleur copain, les jeudi après-midis sont sans école et les enfants vivent dans un appartement avec tout le côté "on s'aime mais on se tape aussi dessus".

C'est extrêmement bien conté, on ne peut qu'être emporté par les aventures de cette famille "presque comme les autres" mais tellement drôle!

 


20 avril 2017

Dresseur de fantômes, de Camille Brissot

dresseur de fantômesDresseur de fantômes est un petit roman de 200 pages qui se lit donc assez rapidement. Malgré le peu de pages, l'auteur réussit à la fois à plonger le lecteur dans le monde Steampunk qu'elle a inventé et à rendre ses personnages attachants.

Camille Brissot nous plonge dans un monde redessiné où dirigeables côtoient bateau à aubes et cités flottantes. On y rencontre d'abord Valentine, vivante puis fantôme invisible aux yeux de tous, sauf de Théo, son compagnon. Ils vont vivre différentes aventures à la poursuite de l'assassin de Valentine, aventures qui nous font découvrir ce monde original et ses personnages qui le sont tout autant.

On rencontre avec plaisir Théo, bouillonnant à l'idée de se venger et Valentine, frustrée par son statut de fantôme mais pourtant si vivante. L'écriture est fluide, le ton efficace, dynamique avec une pointe d'humour et le lecteur se laisse emporter avec plaisir.

Le scénario, assez simple au départ, se complexifie au fur et à mesure jusqu'à un final original.

Le public visé est peut-être plutôt adulte du fait de l'âge des héros mais le livre plaira également aux ados à partir de 11 ans.

"Le monde avait été redessine par une série de catastrophes climatiques, les courants marins et les vents modifies. Les anciennes cartes devenues obsolètes, les aventuriers pouvaient renaitre...

Pendant des années, Theophras et Valentine ont parcouru le monde pour le compte de riches employeurs, à la recherche de trésors et de pièces rares. Jusqu’au jour où Valentine est empoisonnée par le mystérieux Collectionneur, son meilleur client. Réduite à l’état de fantôme, elle devient invisible aux yeux de tous... sauf de Theophras.

Aidés par le capitaine Peck, propriétaire du plus grand bateau à aubes du monde, et par la troupe du célèbre AeroCircus, flottille hétéroclite de ballons et de dirigeables, les deux amants se lancent aux trousses de l’assassin de Valentine. D’une quête de vérité à la vengeance, il n’y a qu’un pas. Le franchiront-ils ?"

 

19 avril 2017

De cape et de mots, de Flore Vesco

de cape et de motsDu même auteur que Louis Pasteur contre les loups-garous, De cape et de mots est pourtant très différent... et tout aussi bien!

L'auteur nous entraîne dans un tourbillon de mots, de finesse, d'humour, d'aventures et de complots aux côtés de Serine, une héroïne pas comme les autres! Passionnée, enthousiaste, Serine s'émerveille de tout ce qu'elle découvre, et entre maladresse et chance, se sort de tous les ennuis à coup de charades et de jeux de mots.

C'est drôle, passionnant, parfois absurde mais tellement bien!

A lire à partir de 9 ans... et pour les parents également!

"Serine, en dépit de la volonté de sa mère, refuse de se marier. Mais pour sortir ses frères de la pauvreté, elle doit agir. Sa décision est prise : elle sera demoiselle de compagnie ! La tâche s’annonce difficile : la reine est capricieuse, antipathique, et renvoie ses demoiselles aussi souvent qu’elle change de perruque. Mais Serine ne manque pas d’audace et, tour à tour, par maladresse ou génie, se fait une place. Elle découvre alors la face cachée de la cour : les manigances, l’hypocrisie et les intrigues... et tente de déjouer un complot."

18 avril 2017

Les livres audios que je n'ai pas pu écouter...

En général, je partage plutôt ce que j'ai aimé et je ne fais pas de critiques lorsque ce n'est pas le cas, considérant que les goûts et les couleurs étant ce qu'ils sont, d'autres pourraient aimer.

Mais dans le cas des livres audio, c'est différent car c'est la manière de lire et conter que je critique. Beaucoup de livres audios sont super à écouter, mais certains donnent envie de jeter le CD par la fenêtre! A priori, on trouve sur le net des versions "amateurs" et ce sont certainement celles-là qui sont de mavaise qualité... Mais pas que.

Autant donc vous prévenir concernant les livres audios suivants (liste que je mettrai à jour au fur et à mesure) :

-- Harry Potter, tome 1 (commercial : Ecoutez lire) : l'histoire est bien racontée mais le conteur fait des voix absolument insupportables pour Hagrid ou Malefoy, qu'il appelle "malefoa" ce qui est très difficile à supporter... Globalement, lorsqu'il s'agit des personnages qui parlent, c'est très mauvais.

-- Arthur et les Minimoys : après quelques minutes réussies, la voix change et devient totalement monocorde. Ou alors, ma version a un probleme...

-- No et Moi, de Delphine De Vigan : la voix est totalement monocorde, c'est un coup à s'endormir au volant! Commercial ou amateur, je ne sais pas.

-- Autremonde, t1, de Maxime Chattam : je suis plus mitigée sur celui-ci : il est bien raconté mais lorsque le conteur a pris une voix d'ado trainante pour parler, je n'ai pas supporté! Peut-être à réessayer.

-- Tara Duncan : le tome 1 est bien mais le t2 absolument mauvais! Les deux sont certainement des "amateurs" car je n'ai pas trouvé de version commerciale.

-- Indiana Teller, t1 : impossible à écouter, la personne lit très mal! Probablement aussi un fait maison.

 

Posté par nemo_ à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 avril 2017

Agneau de 7 heures (en mijoteuse)

agneau 7 heures1 (1)Un peu tard pour midi, mais la recette est excellente!

Il vous faut :

  • un gigot d'environ de 2 kg (mais qui rentre dans la mijoteuse)
  • 1/3 de pot de moutarde de Dijon
  • 4 cuillères à soupe de miel
  • 6 gousses d'ail
  • 40cl de jus d'orange
  • 2 oignons épluchés et coupés en dés
  • 6 carottes
  • 1 feuille de laurier (je n'en avais pas)
  • 2 branches de thym (j'ai mis du thym en poudre)
  • 3 c à c de ras el hanout.

Mettez tous les ingrédients dans la mijoteuse.

Faites cuire pendant 7 heures en mode "High".

Retournez la viande de temps en temps pour qu'elle s'enrobe des tous les parfums.

16 avril 2017

Sky Mundy et les dinosaures, de Laura Martin

sky MundyAvec sa couverture à la Jurassic Parc, difficile de rater Sky Mundy et les dinosaures sur les rayons des librairies. J'étais un peu réticente mais j'ai finalement apprécié ma lecture et passé un bon moment.

Il s'agit d'une dystopie. Les humains survivent sous terre mais la raison de la destruction de l'humanité est originale : les dinosaures ont été ramenés à la vie par des savants mais avec eux, des virus inconnus qui ont décimé l'humanité. De moins en moins nombreux et incapable de résister face aux dinosaures, les survivants se sont réfugiés dans des bunkers et seuls quelques uns sont autorisés à sortir.

Sky fait partie des descendants de ces humains mais depuis la disparition de son père, elle est rejetée par la société qui s'est organisée sous terre sous la direction du "Noé". C'est une jeune fille de 12 ans au caractère bien trempé qui est fascinée par l'extérieur. Elle a un seul ami, Shawn, très doué pour démonter, remonter modifier tout ce qui est électronique.

Leurs aventures sont passionnantes, le rythme est fluide et rapide et la présence de dinosaures est un "plus" pour ceux qu'ils font rêver. L'histoire est assez simple à suivre, y compris le côté "politique".

Il s'agit d'un vrai jeunesse, pour enfants à partir de 9-10 ans et ados, mais ce tome 1 reste assez simple et classique pour un adulte.

" Il y a cent cinquante ans : les premiers dinosaures sont clonés. Avec eux revient une terrible pandémie qui décime l'humanité. La seule façon de survivre est de se réfugier sous terre, laissant la surface aux redoutables reptiles...
Malgré les interdits, Sky, accompagnée de son meilleur ami, s'est enfuie du bunker à la recherche de son père. Alors qu'elle s'aventure dans ce monde perdu, où les dinosaures règnent en maîtres, elle constate que l'extérieur est encore plus dangereux que ce qu'elle avait pu imaginer et révèle bien des surprises..."