Belgariade-t1Je poste peu de chroniques en ce moment, pour une raison simple, j'ai replongé! Je suis repartie pour une énième relecture de la fabuleuse épopée qu'est la Belgariade, de David Eddings!

Me voici de nouveau sur les routes aux côtés de Garion, Tante Pol, Belgarath et tous les autres, à découvrir l'incroyable monde créé par l'auteur!

Une multitude de peuples le compose, si différents les uns des autres, chacun avec sa mentalité, sa complexité, son dieu. Le monde de la Belgariade est très abouti et n'a rien à envier à celui du Seigneur des Anneaux : tout aussi complexe, il est en revanche plus facile à appréhender, même si une carte aide à visualiser l'ensemble.

Les personnages sont attachants, parfois agaçants, souvent surprenants. On les découvre dans toute leur complexité, humains au service d'un destin qui les a choisis bien avant leur naissance.

Peu à peu, la prophétie se révèle dans toute sa complexité, avec une histoire qui s'étend sur des milliers d'années.

Action, magie, humour : une oeuvre magistrale, passionnante et très fluide.

Pour adultes et ados à partir de 12 ans.

"Et les dieux créèrent l'homme, et chaque dieu choisit son peuple. Mais Torak, le dieu jaloux, vola l'Orbe d'Aldur, le joyau vivant; façonné par l'aîné des dieux, et ce fut la guerre. Le félon fut châtié; à Cthol Mishrak, la Cité de la Nuit, il dort toujours d'un long sommeil hanté par la souffrance. Le fleuve des siècles a passé sur les royaumes du Ponant. Les livres des présages sont formels : Torak va s'éveiller. Et justement l'Orbe disparaît pour la seconde fois. Que le maudit la trouve à son réveil et il établira son empire sur toutes choses..."