Division Givre t1J'ai tellement aimé Neachronical, du même auteur, que lorsque j'ai commencé Division Givre, j'étais partagée entre la peur d'être déçue et l'envie de retrouver l'écriture de l'auteur. D'autant plus que j'avais commencé Holomorphose il y a quelques semaines mais je n'ai pas l'estomac suffisamment résistant...

Je me suis finalement lancée dans le tome 1 de Division Givre, sans avoir fait attention à la taille du roman. 119 pages, ça se lit très vite... Pourtant, je suis impressionnée par la richesse de ce tome 1 pour si peu de pages. Un ensemble de trajectoires, d'actions parfois sordides, qui convergent en un feu d'artifice sanglant!

Alors, est-ce que j'ai aimé? J'ai apprécié l'écriture, prenante, efficace, réaliste, qui donne l'impression d'assister aux différentes scènes et qui vous remue l'intérieur! J'ai dévoré les pages mais l'ensemble est quand même très violent, sombre, et ce n'était pas forcément ce que je cherchais.

Mais malgré tout, j'ai aimé : l'histoire et les personnages (enfin, ceux qui survivent) s'enracinent dans la tête, impossible de ne pas y penser une fois le roman terminé!

J'ai enchaîné avec un autre roman, plus léger mais l'envie de connaître la suite est toujours là.. La série compte 6 tomes, dont 5 sont déjà sortis.

Pour adulte et grands ados.

" L'effroi gagne la capitale.

 

Les agressions s'enchaînent dans les sous-sols parisiens.

 

Ange Bernier, policière mal-aimée du 36 quai des Orfèvres, se voit confier l'enquête, mais, très vite, les morts se multiplient avec une logique macabre.

 

Un tueur en série ? Trop simple... Trop de sang, trop de mystère, et aucune réponse pour enrayer ces boucheries à répétition.

 

Une énigme rôde dans la nuit, sournoise et terrifiante. Une de celles qu’Ange aurait préféré ne jamais croiser. "