au-revoir là hautIl me fallait une pause dans mes lectures habituelles, je me suis donc plongée dans Au-revoir là-haut, de Pierre Lemaître, lauréat du prix Goncourt, roman fortement conseillé par ma fille, que je n'avais jamais pris le temps lire.

J'ai immédiatement été prise par l'histoire et l'ambiance dans les tranchées, on est plongé dans la fin de cette guerre, on connaît les dates, on sait que la guerre s'arrête mais on se doute que quelque chose de terrible va arriver avant...

Au-revoir là-haut, c'est le récit de la fin de la guerre mais surtout, de l'après-guerre, période que l'on connaît peu, avec ses soldats démobilisés, blessés, défigurés, qui attendent des semaines, des mois de retrouver une vie et une famille. Ou pas.

C'est le récit d'un retour à la vie civile impossible pour les "gueules cassés", défigurés par les éclats d'obus, comme Edouard, qui a tout perdu. Mais c'est aussi l'histoire du dévouement d'Albert envers son camarade de tranchée et de la manière dont ils essaient de reprendre une vie normale.

Un roman poignant, marquant, que l'on ne peut oublier une fois la dernière page refermée et qui, malgré 576 pages, se lit facilement, tant on est emporté par le destin de ces deux hommes broyés par la guerre.

Pour adultes et grands ados à partir de 15 ans.

"Rescapés du chaos de la Grande Guerre, Albert et Edouard comprennent rapidement que le pays ne veut plus d'eux.
Malheur aux vainqueurs ! La France glorifie ses morts et oublie les survivants.
Albert, employé modeste et timoré, a tout perdu. Edouard, artiste flamboyant devenu une « gueule cassée », est écrasé par son histoire familiale. Désarmés et abandonnés après le carnage, tous deux sont condamnés à l'exclusion. Refusant de céder à l'amertume ou au découragement, ils vont, ensemble, imaginer une arnaque d'une audace inouïe qui mettra le pays tout entier en effervescence... Et élever le sacrilège et le blasphème au rang des beaux-arts."