menel araJ'aime beaucoup la couverture de ce nouveau roman d'Inceptio Editions. Elle m'a donné une impression de mystère, peut-être même de chasse au trésor type Da Vinci Code... Et en fait, pas du tout.

Menel Ara est une dystopie "politique". Pas une dystopie jeunesse où une magnifique héroïne révolutionne le monde pour plus de libertés et d'inégalités, mais un roman où des gens "normaux" vivent dans un monde inégalitaire au possible sans se rendre compte de l'ensemble des complots et jeux de pouvoir qui mènent leur ville.

Ce qui surprend au premier abord, lorsque l'on commence Menel Ara, c'est que les personnages pourraient vivre aujourd'hui dans notre  société. Le système  politique de Menel Ara est totalement inégalitaire, mais dans la ville d'en bas, on se débrouille, avec des riches, des pauvres et  des gens entre les deux. Gaël est livreur, sa soeur infirmière, et leur petit groupe d'amis se réunit autour d'une bière pour profiter de la vie une fois la journée de travail terminée.

On comprend davantage les arcanes du pouvoir lorsque l'on suit Victor, le frère de Gaël et Lili, qui vit dans la ville d'en haut. Personnage peu sympathique, ambitieux et sans scrupules, mais qui ouvre aux lecteurs les dessous des 7 familles et du système politique qui les régit.

A travers ces personnages, ballotés au fil des événements ou englués dans des complots, on découvre une intrigue à plusieurs niveaux, complexe, passionnante, dont le personnage principal est finalement Menel Ara, la Haute-Ville.

Il s'agit d'un tome 1, on reste donc forcément un peu sur sa faim lorsque l'on tourne la dernière page, mais revenir de Menel Ara n'est pas facile, tant on est pris dans l'histoire et ses méandres.

J'ai hâte de lire le tome 2!

Pour adultes et grands ados à partir de 14-15 ans.

2028. Sept grandes familles de la ville de Simake établissent un projet fou : la construction d'une Haute-Ville, un second étage. Cette cité nouvellement indépendante, reléguant ses habitants les plus pauvres 200 mètres plus bas, sera nommée Menel Ara.

2078. Le rêve des Sept Familles s'est réalisé. Du haut de leur prodige architectural, elles gouvernent une cité-Etat plus inégalitaire que jamais. Rien ne semble pouvoir contester leur hégémonie et celle de leur chef, Youri Komniev. Mais dans la Basse-Ville, le mécontentement et la colère se font de moins en moins sourds.

Gaël, lui, enterre son père. Il ne sait pas encore que cet évènement va bouleverser son destin et celui de Menel Ara.