royalesJ'ai été irrésistiblement attirée par le résumé : quelle idée originale! Margaret est la princesse parfaite pour le peuple du Royaume-Uni, mais derrière, il y a 16 clones, chacun avec sa spécialité.

J'ai apprécié ma lecture : le récit est bien écrit, fluide, il coule tout seul et on apprécie de découvrir May, on s'y attache très vite. D'autres soeurs sortent du lot comme Jane ou Elisabeth, et même si on ne les identifie pas forcément toutes, on s'habitue très vite à jongler avec elles.

La question du clonage est évoquée, mais de manière très superficielle. On sait qu'il est illégal, c'est tout et le débat n'est jamais réellement lancé. En revanche, on se rend compte très vite que même si les 16 princesses sont toutes des clones, elles ont chacune leur personnalité, plus ou moins sympathique.

Derrière ce clonage se cache la reine Victoria II, qui dirige le royaume d'une main de fer. On ne sait pas trop quelle est la structure de la société et du gouvernement.

J'ai trouvé la reine un peu trop caricaturale, c'est vraiment LA "méchante", j'aurais aimé en savoir plus sur son règne pour comprendre comment on en est arrivé là.

Royales est une lecture très agréable, très humaine avec des personnages attachants mais qui se rapproche pour moi davantage du conte de fée, finalement, que de la dystopie dont elle n'a pas la complexité politique.

A partir de 9-10 ans, pour ados et adultes.

[petit ajout : l'auteur a développé certains aspects sur son compte wattpad https://www.wattpad.com/story/159834876-mariage-royal-bonus-%C3%A0-royales ]

A lire absolument pour savoir ce qu'il s'y passe 3 ans après!

Margaret est la princesse parfaite, adorée de tous les Anglais. Généreuse, intelligente, polyglotte, cavalière émérite, menant de front des études de littérature, de politique et d’histoire par correspondance…
Son secret  ?
Margaret n’existe pas vraiment. Elles sont seize. Seize sœurs.
Seize clones, éduquées à la perfection, créées pour faire rêver un royaume.
Mais les temps ont changé… Sur seize clones, il ne devra rester qu’une princesse.