chroniques-pulpillac-t1Je n'avais pas forcément prévu de commencer cette série adressée aux 9-12 ans. Mais j'aime beaucoup les romans de Jean-Luc Marcastel, en particulier Louis le Galoup et le Simulacre qui restent mes séries préférées, mais également les enfants d'Erebus, Tellucidar, L'auberge entre les mondes ou Un pape  pour l'Apocalypse (c'est en les citant que je me rends compte de tous ceux que j'ai lus de cet auteur qui, il faut le dire, est particulièrement productif!)

Bref, appréciant généralement les romans de l'auteur, j'avais envie de voir les livres "en vrai". De fil en aiguille, j'ai commencé le premier... et je suis partie avec!

il faut dire que le livre, en tant qu'objet, est attractif : la couverture est très réussie avec ses couleurs, sa "découpe" en forme de poulet laissant apercevoir les héros, et ses illustrations à l'intérieur. A la fin, un petit dossier permet d'en savoir un peu plus sur "l'aventure" vécue par les enfants.

Dès les premières lignes, le récit plonge le lecteur dans l'action tout en l'inscrivant dans le contexte : des élèves de 6e de la ville de Pulpillac partent avec leurs professeurs en sortie de fin d'année avec pour objectif de monter un camp pour passer la nuit dehors.
Mais on comprend immédiatement qu'il ne s'agit pas d'une joyeuse bande de copains puisqu'Aurélien, celui qui raconte, n'a pas d'amis et se retrouve, sans avoir trop le choix, avec deux filles et deux autres garçons qu'il connaît à peine, embarqué dans une aventure qui devient rapidement inquiétante...

L'écriture efficace et ciselée de l'auteur nous permet d'imaginer sans difficultés le décor de l'aventure, l'ambiance, la nuit qui tombe et les personnages. On a l'impression de voir les lieux, d'entendre les bruits de la forêt et la voix de Jean-Martial!
Aurélien, le narrateur, est le personnage que l'on découvre le plus à travers ses réflexions et ses sentiments. Il aime écrire des histoires dans ses carnets mais est plutôt solitaire, pas forcément par choix. Il nous décrit ses camarades, mais il s'agit davantage des "rumeurs de collège" que d'une véritable connaissance de leur personnalité, des rumeurs plutôt caricaturales : Aurore la "princesse", Samir qui vient d'un quartier "difficile" et qui subit la réputation de ses frères, Jean-Martial le barraqué qui se bat tous les vendredis, et Atsuko, mystérieuse, décalée, étrange. J'ai hâte d'en savoir davantage sur eux dans les prochains tomes!

Cependant, le récit démonte rapidement les préjugés : les filles jouent un rôle plus décisif que les garçons dans l'histoire, et elles n'ont pas froid aux yeux! Mais tous, dans leur genre, se dépassent et font preuve de courage malgré leur peur, un bel exemple pour nos petits lecteurs!

L'intrigue est bien menée, dynamique avec des découvertes surprenantes mais le roman ne se contente pas de raconter une aventure : tout en restant adapté à l'âge ciblé, il questionne le lecteur de manière pertinente  sur la société de consommation, sur les OGM, sur l'alimentation que l'on est prêt à accepter dans nos assiettes, sur les conditions d'élevage...Des sujets d'actualité qui devaient entraîner des questions de la part de nos petits lecteurs!

Un roman jeunesse très réussi pour les 9-12 ans mais qui peut être lu avant pour un bon lecteur, et sera également apprécié après cet âge.

Après lecture par mes enfants de 10 et 13 ans, ils ont aimé mais ma 10 ans l'a trouvé un peu "flippant", mon 13 ans aussi mais il m'a réclamé le tome 2.

Le tome 2 des Chroniques de Pulpillac, La nuit des ponotes hématophages, est déjà disponible.

"Salut , moi c'est Aurélien.
Je suis en sixième au collège de Pulpillac, une petite ville tranquille... Enfin, en apparence.
J'adore raconter des histoires. J'écris et je dessine sur des carnets. Je les appelle : Les Chroniques de Pulpillac.
Avant j'étais seul, je devais m'imaginer mes aventures. Ça a changé. J'ai rencontré des copains :
Jean-Martial, Atsuko, Samir et Aurore... Et tous ensemble, il nous est arrivé une aventure terrifiante !
Je l'ai appelée... Quand les poules avaient des dents.
Si vous voulez savoir pourquoi... Lisez ce carnet."