nuit ogreMerci à Babelio et aux éditions Albin Michel pour l'envoi de ce roman dont j'attendais la sortie avec impatience, ayant beaucoup aimé le machiavélique Jour du chien, premier tome des aventures de Chris Kovak, ainsi que, plus ancien, Les fantômes d'Eden.

Dans La nuit de l'ogre, Patrick Bauwen nous plonge dans un univers qu'il connaît bien, celui des urgences et des facs de médecine. Cependant, très rapidement, l'ambiance sombre, initiée dès le prologue, recouvre l'ensemble du récit d'un voile sombre et morbide.

Le lecteur, entraîné par l'écriture vivante, efficace et addictive de l'auteur, retrouve Chris Kovak, le médecin urgentiste du Jour du chien, et enquête à ses côtés lorsque, de manière inattendue, il se retrouve en possession d'une tête coupée conservée dans du formol. Peu à peu, l'enquête commencée pour retrouver une jeune étudiante nous emmène dans un univers morbide, malsain que Chris Kovak découvre en même temps que le lecteur. Sans être très "sanglant", La nuit de l'ogre soulève quand même un peu l'estomac à certains moment et l'ambiance générale pèse un peu sur l'humeur du lecteur.

A cet univers très spécial s'ajoute le côté très sombre de Chris Kovak, qui se rapproche de plus en plus de l'anti-héros. Paumé, sans vie personnelle, hésitant entre médicaments et alcool, il semble totalement à la dérive, incontrôlable et rajoute à l'impression de malaise général de l'histoire.

On retrouve également d'autres personnages du Jour du chien, en particulier le commissaire Batista et son équipe, peut-être les seules parties un peu plus chaleureuses du récit du fait de l'esprit d'équipe et des blagues entre coéquipiers.

L'intrigue se déroule en deux parties : d'un côté ce que découvre Chris Kovak pour retrouver une jeune étudiante en médecine, et parallèlement, l'enquête de la police suite à une agression dans le métro. Très rapidement, le lecteur fait le lien entre les deux enquêtes, mais à chaque fois que l'on pense avancer, de nouvelles "couches" se rajoutent pour arriver à une intrigue très complexe qui m'a tenue en haleine jusqu'aux dernières pages!

Bien que les ambiances noires et morbides ne soient pas forcément ma "tasse de thé",  j'ai trouvé La nuit de l'ogre addictif et bien construit, mais également plus sombre que Le jour du chien.

J'ai hâte de lire le prochain tome!

Pour adultes.

"La mort est un art.
Vous en êtes le spectateur.
Et vous pourriez être sa prochaine victime.

Des sous-sols de Paris aux recoins obscurs des facultés de médecine, Chris Kovac, médecin urgentiste, se lance à corps perdu dans une enquête qui ressemble à une nuit sans fin."