Calame-t1Un superbe tome 1 pour une épopée d'heroic fantasy extrêmement prometteuse ! Merci à Book en Stock de m'avoir permis de découvrir Calame dans le cadre du Mois de Paul Beorn!

Durant toute ma lecture, je n'ai pas cessé de penser "zut, zut, zut, c'est un tome 1" et "c'est trop court, j'avance trop vite" malgré ses 450 pages... Trop court! J'ai adoré ce roman, j'ai savouré chaque page, vivement le tome 2!

Pourtant, au premier abord, j'hésitais un peu. J'ai lu plusieurs romans romans de Paul Beorn : Le 7e guerrier-mage, 14-14, Un ogre en cavale, tous très bons dans leur genre.

Ce qui me retenait tenait plutôt au concept de base : commencer en apprenant la mort du héros me refroidissait un peu... A tort car dès les premières lignes, on découvre "l'autre" personnage principal, Maura, attachante, courageuse, rebelle, un personnage très fort dans un monde où les femmes n'ont aucune existence.

Une part  de l'originalité du roman vient du fait que l'on part du présent pour découvrir le passé. Le lecteur connaît la fin, mais il fait connaissance avec les personnages à la fois dans le passé et dans le présent. Le récit m'a d'ailleurs faite penser aux Chroniques du tueur de roi, de Rothfuss, à la fois par le procédé et par sa qualité.

Parallèlement, on suit l'intrigue "au présent", autour de Maura, mais également autour du légendier, D'Arterac, un personnage particulièrement intéressant. Peu à peu, le lecteur découvre les liens entre passé et présent dans une intrigue intelligente, très politique, qui souligne les risques du pouvoir.

Pour moi, ce tome 1 de Calame se rapproche d'un courant littéraire actuel "plus heroic que fantasy", où l'on retrouve les romans d'Olivier Gay (Quadrilogie de La main de l'empereur) ou ceux de Gabriel Katz (Le puits des mémoires, La part des ombres...).
Le monde créé est sur le modèle médiéval, avec des guerriers en armure, des princes et autres dirigeants, mais pas de peuples non humains type elfes, nains comme dans l'héroic fantasy "classique".

L'intrigue est surtout "politique" : prendre ou renverser le pouvoir en place, avec complots et manipulation. Pas de quête fantastique avec un élu qui doit sauver le monde en apprenant à maîtriser ses pouvoirs. Les actions reposent avant tout sur les capacités humaines et guerrières des personnages.

Cependant, Calame s'écarte de ce modèle par l'influence majeure qu'a la magie sur la société, bien qu'elle soit réservée à quelques personnes et peu présente au quotidien. Son rôle réel repose sur un concept génial qui apporte toute sa complexité à l'histoire et remet en cause, lorsque l'on découvre, tout ce que l'on a appris depuis le début du roman!

Calame est un roman original, avec une intrigue à différents niveaux et des personnages extrêmement intéressants, servie par une écriture efficace, addictive et dynamique! Une réussite!

Impossible de décrocher une fois commencée, l'histoire reste dans un coin de la tête lorsqu'on ne lit pas, je n'avais qu'une envie, replonger, et je me suis couchée plusieurs soirs de suite bien trop tard!

Pour adultes et grands ados, à partir de 13-14 ans.

"Après un an de guerre civile au royaume de Westalie, une rébellion est écrasée dans le sang au cours de l’assaut contre la capitale. Son chef légendaire, Darran Dahl, est tué dans un affrontement avec le roi lui-même et ses partisans sont jetés au cachot.

D’Arterac, célèbre légendier, vient trouver la jeune Maura, la première lieutenante de Darran Dahl, et lui propose un marché : la suspension de son exécution en échange de la véritable histoire du chef rebelle, ce mystérieux guerrier aux origines obscures, aux intuitions géniales, que l’on prétendait indestructible.

La jeune fille raconte alors sa rencontre avec cet homme, dont elle a été la domestique avant de devenir sa plus fidèle alliée au cours de la guerre civile. Mais, profitant de ce sursis, Maura prépare peu à peu son évasion pour reprendre la lutte…"