maresi

Pour une fois, ce n'est pas la couverture qui m'a attirée, j'avoue ne pas aimer du tout!

En revanche, l'écriture, agréable, fluide et efficace, nous entraîne vite dans l'histoire aux côtés de la jeune Maresi. Dès le début, on apprend qu'il s'est passé "quelque chose", et tout au long du récit, on sent la tension monter peu à peu. L'auteur, par l'intermédiaire de Marési, nous fait découvrir l'abbaye et son organisation. On entre dans un monde extrêmement bien imaginé, où les jeunes filles peuvent grandir en liberté, être éduquées et bien traitées. On apprend peu à peu que la situation est bien différente à l'extérieur...

Maresi est attachante : impulsive, spontanée, curieuse de tout, elle entraine le lecteur à sa suite à la découverte des autres mais je n'ai pas l'impression d'avoir été "dans sa tête" comme avec d'autres romans.

L'histoire se lit bien, et même si le scénario n'a que peu de suspense, c'est un livre agréable que l'on a envie de lire jusqu'au bout, avec une fin assez intense. Une belle histoire à laquelle il m'a cependant manqué quelque chose.

A partir de 12-13 ans.

"Maresi vit à l'Abbaye Ecarlate, sur une île quasi invisible depuis la mer et qui sert de refuge aux femmes depuis des décennies. Là, elles peuvent s'instruire, grandir et s'épanouir loin de la brutalité du monde et, parfois, de la fureur des hommes. Cette terre d'asile, cette terre de femmes, est placée sous la protection de la Déesse, la Mère Originelle, et les hommes ont interdiction d'y poser le pied. Mais un jour, une nouvelle fille vient demander l'asile. Qui est-elle ? Et qui la poursuit ?"