le criJ'ai terminé ce thriller français hier soir et je reste un peu sur ma faim. Le scénario est original, avec un petit côté scientifique, et certains retournements sont particulièrement inattendus, on est loin des tueurs en série et autres meurtres "classiques".

L'écriture est fluide, prenante et efficace, mais j'ai eu du mal à accrocher aux deux personnages principaux, et à être totalement prise dans l'histoire malgré d'indéniables qualités.

Un bon thriller, que je conseille, mais auquel il manque pour moi un petit "quelque chose".

"Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l'aube d'une nuit glaciale, le corps d'un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre...

Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l'hôpital semble si peu à l'aise avec l'identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?

Pour Sarah, c'est le début d'une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l'île de l'Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice."