28 janvier 2017

Gardiens des cités perdues, tome 1, de Shannon Messenger

gardiens-cités-perdues

En prévision de la sortie du tome 5, et parce que je ne lis que de bonnes critiques sur cette série, je me suis repenchée sur le tome 1 que j'avais déjà lu, et j'ai enchainé avec le tome 2.

A première vue, il n'y a pas grand chose d'original dans l'histoire : une jeune fille qui découvre qu'elle a des pouvoirs et doit aller dans une école pour apprendre à les utiliser, ça fait un peu "réchauffé".

Et pourtant, on se laisse prendre à l'histoire et entraîner par l'écriture : on a envie de savoir ce qui va arriver à Sophie, comment elle va se sortir de ses études, de sa nouvelle vie. Même si son personnage manque un peu d'humour, on s'y attache pour son courage et ses décisions qui sonnent juste. J'ai même eu la larme à l'oeil à certains moments!

Un tome 1 passionnant, qui nous donne différents éléments sur Sophie, sur son nouveau monde, et nous permet de découvrir son entourage. Même si ce tome 1 reste assez simple, bien que dense, on sent que les choses vont se compliquer dans les tomes suivants.

Un très bon début de série, donc, passionnant aussi bien pour les plus jeunes à partir de 9 ans que les adultes.

"Depuis des années, Sophie sait qu'elle n'est pas comme tout le monde. Elle se sent à part à l'école, où elle n'a pas besoin d'écouter les cours pour comprendre. La raison ? Elle est dotée d'une mémoire photographique... Mais ce n'est pas tout : ce qu'elle n'a jamais révélé à personne, c'est qu'elle entend penser les autres comme s'ils lui parlaient à haute voix. Un casque vissé sur la tête pour empêcher ce bruit de fond permanent de la rendre folle, elle se promène un matin avec sa classe au musée d'histoire naturelle quand un étrange garçon l'aborde.

Elle doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu'elle a quitté douze ans plus tôt. L'y attendent une pléiade de nouveaux condisciples, amis et ennemis, et une question obsédante : qui est-elle ? Pourquoi l'a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n'a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ?"


26 janvier 2017

La main de l'empereur, tome 1, d'Olivier Gay

main-empereur

La main de l'empereur est un préquel des Epées de glace, diptyque que j'avais adoré! C'est peut-être pour ça qu'après avoir attendu impatiemment la sortie de La main de l'empereur, j'ai mis deux mois à ouvrir la première page, malgré une couverture superbe qui me tendait les bras. Peur d'être déçue?

Je vous rassure de suite, La main de l'empereur est largement à la hauteur des épées de glace : personnages charismatiques, combats, massacres et humour sont au rendez-vous!

Je suppose qu'en commençant par La main de l'empereur, le ressenti est différent mais pour moi, qui connaissais déjà Rekk, quel plaisir de le découvrir jeune (même si la vie n'est pas tendre avec lui !) mais également, de retrouver Dareen, Mando et de découvrir Bisha.

Ils sont jeunes, encore plein d'illusions (non, en fait, à part Rekk au début, et encore...) et on ne peut s'empêcher de mettre en parallèle les mêmes dans les Epées de glace une vingtaine d'année plus tard.

J'ai dévoré ce tome 1, c'est vivant, bien écrit, passionnant, bref, j'ai adoré! Mais je crois que je conseillerais finalement aux lecteurs de commencer par La main de l'empereur et de lire ensuite les Epées de glace. En commençant par Les épées de glace et en lisant ensuite La main de l'empereur, on saisit toutes les allusions, toute l'ironie de certaines situations mais l'ombre du futur plane toujours sur La main de l'empereur... La découverte est peut-être meilleure dans l'ordre chronologique.

En tous cas, dans l'ordre ou dans le désordre, jetez-vous dessus, c'est excellentissime!

Pour grands ados et adultes.

"Rekk n’a pas eu une enfance facile, et sa vie ne le sera pas non plus. Gladiateur puis soldat dans l’armée impériale, il se fait repérer par l’Empereur dans le bourbier des jungles Koushites. Il deviendra son instrument pour soumettre les barbares, puis son bras armé pour toutes les basses œuvres. Un homme haï, craint, dont la renommée ne cesse de grandir. Mais que se passe-t-il lorsque notre propre légende nous échappe ? Car si Rekk a toujours eu un vrai talent pour survivre, ses proches ne peuvent en dire autant…"

23 janvier 2017

Marquer les ombres, t1, de Veronica Roth

marquer-les-ombres

J'ai terminé Marquer les ombres hier soir et je reste sur une impression assez mitigée... 

Les personnages sont intéressants, l'histoire est vraiment centrée sur Arkos et Cyra, tout tourne autour d'eux. On apprend à les connaître, on les voit évoluer, mais j'ai un peu de mal à les trouver attachants.

L'univers créé fait penser à celui de Dune, un mélange de science fiction et d'héroïc fantasy, intéressant mais assez froid et finalement, peu développé dans ce tome 1. Le système des destins est original et joue un rôle important mais en même temps, cette impression que "tout est joué" est assez déstabilisante et enlève une partie de la personnalité des personnages.

Au final, malgré une écriture prenante qui fait qu'on avale les pages sans s'en rendre compte, je trouve que ce tome 1 aurait pu être bien plus court. Les actions restent assez limitée à l'exception du début, où tout démarre en fanfare de manière assez violente, et le dernier quart.

Dans les dernières pages, des révélations promettent un tome 2 probablement plus politique, peut-etre aussi un peu moins centré sur la relation entre Cyra et Arkos, mais je ne sais pas encore si je le lirai.

Bref, un tome 1 très introductif, trop long, qui m'a fait passer un bon moment mais sans réellement m'enthousiasmer. Difficile de succéder à Divergente...

A partir de 13-14 ans.

"Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un "don', un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui
gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.
Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s'aider – ou décider de se détruire."

20 janvier 2017

Ada, d'Antoine Bello

Un livre intelligent qui laisse une impression de malaise... Est-ce l'avenir qui nous attend?

ada

Ada commence comme une enquête policière : Franck Logan, inspecteur, est appelé au siège d'une entreprise de la Silicon Valley pour enquêter sur la disparition d'Ada. Mais Ada n'est pas une personne, il s'agit d'une Intelligence Artificielle...

On découvre ainsi l'origine des Intelligences Artificielles, le monde de la Silicon Valley, les règles pour écrire un roman à l'eau de rose, le tout raconté avec beaucoup d'humour!

Peu à peu, les questions éthiques liées au développement de nouvelles technologies, au contrôle de l'information et de la vie privée et les possibilités offertes par les IA se posent à Franck, et par son intermédiaire, au lecteur.

L'enquête, qui n'en est finalement pas réellement une, est surtout prétexte à découvrir tous ces aspects. Le rythme est un peu lent, agréable à lire, avec de l'humour mais finalement peu d'action.

L'histoire s'accélère à la fin et même si j'avais senti arriver une partie du dénouement, j'ai reposé le livre avec un "ouawww, quand même... c'est flippant!"

Un livre au style agréable même si je n'ai pas été "prise" complètement dedans, mais surtout, un sujet extrêmement intéressant qui fait réfléchir à des questions essentielles.

A lire absolument!

"Frank Logan, policier dans la Silicon Valley, est chargé d'une affaire un peu particulière : une intelligence artificielle révolutionnaire, a disparu de la salle hermétique où elle était enfermée. Baptisé Ada, ce programme informatique a été conçu par la société Turing Corp. pour écrire des romans à l'eau de rose. Ada parle, blague, détecte les émotions, donne son avis et se pique de décrocher un jour le Prix Pulitzer. On ne l'arrête pas avec des contrôles de police et des appels à témoin. En proie aux pressions de sa supérieure et des actionnaires de Turing, Frank mène l'enquête à son rythme. Ce qu'il découvre sur les pouvoirs et les dangers de la technologie l'ébranle, au point qu'il se demande s'il est vraiment souhaitable de retrouver Ada… Ce nouveau roman d'Antoine Bello ouvre des perspectives vertigineuses sur l'intelligence artificielle et l'avènement annoncé du règne des machines. Construit comme un roman policier, Ada est aussi une méditation ludique sur les fondements et les pouvoirs de la littérature."

 

17 janvier 2017

Louis Pasteur contre les loups-garous, de Flore Vesco : énorme coup de coeur!

Louis-Pasteur

Oserais-je dire qu'en raison du titre, le livre ne me tentait pas vraiment? ça fait un peu film de série B... C'est en découvrant le livre dans le classement du Monde des ados... et en voyant l'info apparaître sur mon mur par l'intermédiaire d'excellents auteurs  comme Marine Carteron ou Olivier Gay que je me suis dit que, quand même, je ratais peut-être quelque chose!

Ni une ni deux, mon fils l'a emprunté à un de ses copains et je l'ai dévoré hier.

Le livre est très bien écrit, avec beaucoup d'humour et j'ai apprécié la manière dont Louis Pasteur est présenté : un jeune homme à la limite de l'extra-terrestre dans les relations humaines mais un génie scientifique. Une discussion entre lui et Césarine, des Autodafeurs, devrait valoir son pesant de cacahuète!

J'ai trouvé Constance particulièrement intéressante : éduquée pour être une magnifique plante verte,  mais dont le caractère, l'intelligence et le pragmatisme se révèlent rapidement.

Les personnages sont donc très décalés, le livre est rythmé sans tomber dans une course effrénée, le côté scientifique est très intéressant et permet aux lecteurs de découvrir la pasteurisation, la découverte des microbes etc Le côté fantastique est finalement peu présent mais rajoute un plus dans le suspense et trouve tout son sens à la fin de l'histoire.

Une excellentissime lecture, passionnante, drôle, intelligente, qui a plu à ma fille de 9 ans et qui plaira sans aucun doute à mon fils de 12 ans qui aime tout ce qui est fantastique ET scientifique. Mais que je conseille également aux adultes!

"Louis Pasteur, 19 ans, entre comme boursier à l’institution royale Saint-Louis, animé par un seul désir : assouvir sa curiosité pour les sciences. Il est loin d’imaginer que sa première année d’étude va être bouleversée par des meurtres aussi terribles que mystérieux, perpétrés dans l’enceinte même de l’école. Il va mener l’enquête avec la jeune Constance, une pensionnaire intrépide et courageuse. Entre loups-garous et complots, ils useront de vaccins autant que de coups d’épée pour sauver les élèves et même… le roi Louis-Philippe !"

 


16 janvier 2017

La carte des mille mondes, de John Parke Davis et Carrie Ryan

carte 1000 mondes

Une belle découverte que ce roman dont la couverture me faisait de l'oeil à la librairie! Entamez un voyage fabuleux sur le Torrent pirate, un fleuve qui borde une infinité de mondes... Marrill rencontre les eaux du Torrent sur un parking de supermarché désaffecté. Finn, lui, a grandi seul au bord du Torrent. Il a une caractéristique intéressante mais qui le condamne à la solitude : personne ne se rappelle de lui plus que quelques minutes.

On découvre surtout la personnalité de Finn, le fait de grandir seul, sans personne qui se rappelle de lui, la manière dont il en joue pour survivre... En revanche, Marrill est un peu moins décrite en profondeur, de même que les autres personnages.

L'histoire est davantage centrée sur l'action et sur les mondes fabuleux. Marrill, Finn et d'autres personnages vont partir à la recherche de la carte des Mille Mondes qui devrait leur permettre d'aller où ils le veulent, mais dans un monde où le Torrent est tumultueux, où magie, prophétie et pirates sont courants, rien n'est jamais simple.

Une belle aventure avec des mondes et des personnages originaux, du rêve et de l'aventure! Il manque un petit quelque chose pour que ce soit un coup de coeur, peut-être parce que c'est un peu trop "jeunesse", mais c'est une belle aventure à proposer aux enfants et aux ados, et les adultes apprécieront également.

Le tome 1 forme un ensemble suffisamment dense et cohérent pour ne pas être frustré à la fin, mais j'ai quand même hâte de lire le tome 2.

A partir de 8-9 ans.

Finn, un orphelin, et Marrill, qui a grandi auprès de parents aimants,se retrouvent embarqués à bord d'un voilier gigantesque, sur les eaux magiques du Torrent pirate, qui traverse une infinité de mondes connus ou inconnus. Tous deux n'ont qu'un rêve : retrouver leur famille. Selon Ardent, le vieux magicien qui vit sur le bateau, ils ont un seul moyen d'y parvenir, la Carte des mondes connus et inconnus. S'ils réussissent à réunir les fragments de cette Carte, disséminés dans les différents mondes du Torrent pirate, elle les mènera exactement là où ils souhaitent aller. Mais Serth, un mage maléfique aux immenses pouvoirs, est aussi sur la piste de la Carte...

13 janvier 2017

Le copain de la fille du tueur, de Vincent Villeminot

copain-fille-tueur

J'ai découvert Vincent Villeminot avec Les pluies, roman que j'avais adoré. Le copain de la fille du tueur a une histoire totalement différente mais un point commun : des personnages fouillés, que la plume de l'auteur rend totalement réels!

Avec Le copain de la fille du tueur, on plonge dans le quotidien d'un pensionnait suisse pour fils de milliardaires. Mais finalement, on en apprend très peu sur le pensionnat, l'histoire étant centrée essentiellement sur les personnages : Charles, Touk-E et Selma.

On entre vraiment dans la tête de Charles, on découvre ses pensées, on voit à travers ses yeux : l'arrivée de Touk-E et leur amitié, et surtout, Selma.

Le livre est court mais intense, il s'agit surtout d'une histoire d'amour centrée sur le personnage mystérieux de Selma. Qui est-elle vraiment?

L'histoire entraîne le lecteur sans un instant de répit, mais la rapidité de l'histoire est finalement assez frustrante et l'histoire de fond assez simple et prévisible. Cependant, la puissance de l'écriture rend ce roman difficile à poser avant la fin!

Plutôt à partir de 13 ans pour avoir un peu de maturité vis-à-vis des actions de Charles et Touk-E et de leurs échanges, ensuite parce que certaines scènes peuvent choquer des lecteurs plus jeunes.

"Charles vient d'intégrer un internat pour " gosses de riches ", perdu au cœur des montagnes suisses. Avec Touk-E, son coloc, ils tuent le temps comme ils peuvent, allumant fausses révolutions et vrais incendies ... jusqu'à l'arrivée de Selma. Elle est mystérieuse, solaire, solitaire... et fille d'un trafiquant de drogue en cavale."

12 janvier 2017

Sauveur & fils, de Marie-Aude Murrail (coup de coeur)

sauveur-et-fils

Lorsque j'ai commencé Sauveur & Fils, je m'attendais à un roman jeunesse, mais il s'agit finalement d'un roman qui intéressera autant les ados que les adultes.

Ce n'est pas mon genre habituel de lectures jeunesses mais j'ai adoré ce roman : il est fin, empli de sensibilité, on le referme en ayant l'impression d'avoir rencontré Sauveur et Lazarre "en vrai"!

Les personnages sont très attachants : Sauveur, psychologue pour ados, charmant, empthique, investi et en même temps, "aveugle" par rapport à son fils, Lazarre.

Et Lazarre, sensible, trop mûr pour son âge, très intelligent, mais qui aimerait en savoir davantage sur sa mère...

Sauveur est fils est à la fois l'histoire d'une relation père-fils, d'une relation psy-patients avec un aperçu les problèmes que peuvent rencontrer les ados (scarification, phobie scolaire etc) et d'une relation ambigue de sauveur avec son passé. S'y rajoutent les questions de racisme quotidien, de racisme caché, de "si on remarque qu'il est noir, est-ce que ça veut dire qu'on est raciste? mais si on se pose cette question, c'est déjà du racisme?"

Un roman qui se dévore, qui fait se poser les bonnes questions, qui fait sourire... Je conseille!

A partir de 12-13 ans (rien de choquant mais plus jeune, il est peu probable que l'enfant se sente concerné par les sujets traités) mais également pour les adultes qui aiment les romans d'Agnès Ledig, Virginie Grimaldi...

"Quand on s'appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? Sauveur Saint-Yves, 1,90 m pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois soeurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la maman vient de se remettre en ménage avec une jeune femme...Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien. Mais à toujours s occuper des problèmes des autres, Sauveur a oublié le sien. Ne devrait-il pas protéger ce petit garçon, Lazare, 8 ans, qui est son fils, menacé par un secret ? "

 

 

11 janvier 2017

Rêver, de Franck Thilliez

rever

J'avais découvert Franck Thilliez avec Syndrome E et si vous m'avez suivie durant l'été, vous n'avez pas pu rater mes commentaires élogieux puisque je n'ai pas arrêté d'en parler...

J'ai terminer hier soir Rêver, son dernier roman, et il est vraiment très bon! Comment un auteur arrive-t-il à écrire autant d'excellents romans dans le même genre tout en réussissant à ce qu'ils soient différents, ça m'épate!

Rêver est très prenant, dès les premières lignes, l'écriture de Franck Thilliez attrape le lecteur et ne le lâche plus! L'ambiance est angoissante, opressante, d'autant plus qu'on se demande très vite si Abigael, le personnage principal, est réellement sain d'esprit...

La particularité de Rêver, c'est que l'auteur nous promène sur une période de 6 mois, mais avec des allers-retours incessants. Entre cette "errance" temporelle et les difficultés d'Abigael à différencier le rêve de la réalité, le lecteur peut être un peu déstabilisé. Mais on s'habitue vite.

Ces va-et-viens temporels, symbolisés par une petite frise chronologique au début des parties, rend encore plus difficile le fait de comprendre le fin mot de l'histoire avant que l'auteur ne nous révèle tout. On est ballotés par l'histoire, on souffre avec Abigael, on retient notre souffle, on se dit, nous aussi "mais est-ce que je n'ai pas déjà vécu cela?" C'est déstabilisant mais finalement, cela enrichit beaucoup le suspense...

Et encore une fois, je n'ai pas du tout vu la fin arriver, je n'ai compris le "pourquoi" que lorsque l'auteur l'a décidé.

Très prenant, angoissant, déstabilisant mais vraiment excellent!

"Si ce n'étaient ses cicatrices et les photos étranges qui tapissent les murs de son bureau, on pourrait dire d'Abigaël qu'elle est une femme comme les autres.
Si ce n'étaient ces moments où elle chute au pays des rêves, on pourrait jurer qu'Abigaël dit vrai.
Abigaël a beau être cette psychologue qu'on s'arrache sur les affaires criminelles difficiles, sa maladie survient toujours comme une invitée non désirée. Une narcolepsie sévère qui la coupe du monde plusieurs fois par jour et l'emmène dans une dimension où le rêve empiète sur la réalité. Pour les distinguer l'un de l'autre, elle n'a pas trouvé mieux que la douleur.

Comment Abigaël est-elle sortie indemne de l'accident qui lui a ravi son père et sa fille ? Par quel miracle a-t-on pu la retrouver à côté de la voiture, véritable confetti de tôle, le visage à peine touché par quelques bris de verre ? Quel secret cachait son père qui tenait tant, ce matin de décembre, à s'exiler pour deux jours en famille ? Elle qui suait sang et eau sur une affaire de disparitions depuis quelques mois va devoir mener l'enquête la plus cruciale de sa vie. Dans cette enquête, il y a une proie et un prédateur : elle-même."

08 janvier 2017

Les enfants d'Evernight, de Mel Andoryss et Yang (BD)

enfants-evernight-BD

Je vais avoir un peu de mal à faire ma critique car j'ai lu la BD après avoir lu les romans. Je connaissais donc l'histoire et j'ai adoré la découvrir en images! Je regrette juste que le tome 3 ne soit pas paru en BD, j'aurais aimé voir les griffons et les grenouilles en dessin :-)

Du coup, j'ai demandé leur avis à mes enfants. Mon fils a lu les romans et a adoré, donc il a le même avis que moi sur les BD.

Ma grande n'a lu que les BD et m'a dit qu'elle a juste été étonnée par le temps écoulé entre le tome 1 et le tome 2 (mais c'est pareil dans le livre) mais que sinon, on comprend bien l'histoire dans les BD. Et qu'elle aurait aimé lire le tome 3 (snif) Bon, elle lira les romans, mais quand même, quel dommage...

Donc des albums particulièrement intéressants du point de vue de l'histoire, un régal pour les yeux avec des personnages qui ressemblent totalement à ce que j'avais pu imaginer, peut-etre Camille est-elle plus belle en BD... j'adore toujours autant North et Mc Claw est fabuleux...

Bref, si vous avez aimé la trilogie des enfants d'Evernight, faites-vous plaisir et offrez-vous la bande-dessinée, c'est un régal!

evernight-BD1